Ode à l’ambassadrice spéciale de l’Onusida

La dernière publication du Cabinet civil de la présidence de la République revient également sur la dernière célébration de la fête de l’Unité nationale.

L’éditorial du directeur de la publication, Martin Belinga Eboutou, par ailleurs, directeur du Cabinet civil de la présidence de la République le reconnaît d’emblée. « Cette nomination est normale, un dû presque… » Il s’agit de la décision de l’Onusida de faire de Mme Chantal Biya, son ambassadrice spéciale, comme le montre cette image de la remise du parchemin à l’heureuse lauréate au palais de l’Unité le 1er juin dernier, à la Une de la publication, en présence du président de la République, Paul Biya, par Michel Sidibé, directeur exécutif de l’Onusida, alors en visite de travail au Cameroun. Ce dernier n’hésite d’ailleurs pas à qualifier la lauréate de « pionnière » dans le combat contre la transmission du Vih/Sida de la mère à l’enfant. D’où cette nomination qui est accueillie par la rédaction, et même l’ensemble de la nation camerounaise comme une marque de reconnaissance pour l’engagement de la première dame camerounaise. Une distinction qui tombe à pic car, au rang des prérogatives de Mme Chantal Biya, il y a la promotion de la recherche opérationnelle à travers le continent. Ce qu’elle fait d’ailleurs déjà fort bien, depuis une vingtaine d’années, à travers Synergies Africaines et le Centre de référence Chantal Biya pour la recherche sur la prévention et la prise en charge du Vih/Sida. Une distinction qui va sans doute permettre à la lauréate de redoubler d’efforts dans ce domaine où elle s’investit déjà.

Cette édition du Temps des Réalisations du mois de juin revient également abondamment sur la célébration de la 43e édition de la fête de l’Unité nationale dont le clou des manifestations a été la parade civile et militaire présidée au boulevard du 20 mai par le président de la République, Paul Biya. Occasion de magnifier la synergie entre le peuple camerounais et son armée engagée dans la bataille contre la secte islamiste Boko Haram. Comme le rappelle fort opportunément le thème de cette célébration : « Forces de défense, en synergie avec les forces vives de la Nation, pour relever les défis sécuritaires et préserver la paix et la stabilité au Cameroun et en Afrique Centrale ». La solidarité sous-régionale est marquée par la présence au cours de la parade militaire d’un contingent des forces de défense tchadiennes.

Mais, la publication marque également un arrêt sur l’importante activité diplomatique du président de la République, avec les audiences accordées notamment au ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, à l’ancien ministre Jean-Louis Borloo, à l’investisseur français Benjamin de Rothschild et à S.E. Nicolay Ratsiborinskiy, ambassadeur de la Fédération de Russie au Cameroun. Cette édition rappelle également qu’entre le 1er mai et le 10 juin 2015, le président de la République a signé une ordonnance, 59 décrets et 54 arrêtés.

Le temps de la reconnaissance pour Chantal Biya.