camernews-owona-nguini

Obsèques de Charles Ateba Eyene – Escalade sur Internet: Mathias Owona Nguini répond à nouveau à Patrice Nganang

Obsèques de Charles Ateba Eyene – Escalade sur Internet: Mathias Owona Nguini répond à nouveau à Patrice Nganang

 » Comme je suis élégant, je ne vous demanderai pas ce que sont ou ce qu’étaient votre père et votre mère !!! Ne faisons pas comme si j’avais passé un concours pour être le fils de mes parents !!! Il y a dans votre inconscient même à New-York, la honte de vos origines modestes et la peur d’y revenir !!! »

Nouvelle Reponse de Mathias Eric Owona Nguini à Patrice Nganang.

«Monsieur Nganang toujours aussi prétentieux se fait fort de me donner des conseils. S’il croit qu’il a la lucidité pour cela, tant mieux. Cet imposteur don quichottesque veut m’enfermer dans une polémique sortie de son imagination fertile mais malade. Habitué de la fiction, il croit peut-être écrire un roman. Il m’accuse injustement d’avoir passé sous silence la mort de Lapiro parce que je me contentais d’honorer Charles Ateba sur des bases ethniques selon lui !!! Il est libre de ne pas considérer Ateba comme un héros. Toujours est-il qu’il procède avec la même posture de sophiste ethnocentriste maniant la haine épistolaire non seulement contre l’individu ou la personne que je suis mais contre la communauté des « mêmes gens » aux « mêmes méthodes », ces « Fang-Beti » qui constituent le « pays organisateur » et qu’il faut massacrer pour apporter le changement que cette triste ethnie et tous ses ressortissants empêcheraient par définition . Voilà comment un prétendu progressiste de gauche prétend démasquer le « populiste de droite « -que ses fantasmes d’écrivaillon narcissique croient voir en moi- et entretient la haine ethnocidaire avec sa littérature qui pue la fiente et déverse le fiel par ses propos ethno-fascistes. Selon ce brave monsieur. Tous les Beti se vaudraient. Eno Meyomesse et Biya Paul, même combat!!! Semengue Pierre et Eyinga Abel, même sauce!!! Amougou Thierry et Belinga Eboutou, les mêmes gens!!! Owona Joseph et Owona Nguini Mathias Eric, même sang donc mêmes idées!!! C’est ce triste personnage qui veut me donner des leçons de morale et même d’épistémologie!!! Quelle prétention!!! Quelle prétention!!!

1- Le premier argument de Nganang ne tient pas. Il n’ y pas d’accusations mimétiques.C’est de manière manifeste qu’il a utilisé des insinuations ethniques pour non seulement me dénigrer et calomnier les « mêmes gens aux mêmes méthodes », entendez les Fang -Beti, pour qui il a manifestement de l’aversion. Sa rhétorique sur le retour à l’envoyeur, le « bordelle (sic) , bordelle toi-même n’a aucun sens car je n’ai jamais attaqué la communauté dont il est issu. Son héroisme autoproclamé dans la défense de Teyou ou d’Eno n’est pour l’essentiel que du nombrilisme. En gauchiste inconséquent et infantile mêlant anarcho-libertarisme,anarcho-libéralisme et anarcho-libidinalisme, Nganang croit en petite « starlette new-yorkaise » qu’il est le seul à incarner l’intelligence critique au Cameroun. Avant lui, rien. Après lui rien. Seuls ses postures, ses intérêts et ses actions sont dignes d’être salués. C’est le complexe absolutiste de l’homme-orchestre!!!

2-Nganang ne sait pas, lui qui n’a aucune culture politique réelle ni de culture humaniste sérieuse, que catégoriser, c’est mettre en accusation, c’est « kategoresthai » selon l’étymologie grecque du mot. C’est lui-même dans son deuxième texte qui manie l’injure. Par ailleurs qui a lancé cette controverse en la construisant suressentiellement sur le mode du dénigrement ? Ma riposte est à la mesure d’une attaque non conventionnelle !!!En me qualifiant frauduleusement et faussement de poujadiste de droite, il m’insulte littéralement, car mon positionnement idéologique est à gauche. Si je devais même être populiste,je serais,un populiste de gauche.Je suis selon les termes de Mongo Beti ,un Kodogassi »(partisan du mouvement) plutôt qu’un « Tobogassi » (adepte du statu quo). Comme notre prétentieux donneur de leçons n’a pas de culture sérieuse d’histoire des idées et d’analyse sociale des idéologies, il ne doit pas certainement connaître Ernest Laclau qui parle de « populisme rationnel ». Je ne prétends pas être un activiste de rue. Si c’est cela mon péché, je veux bien l’admettre. A 4000 km, on a toute la sécurité pour aller demander aux autres ce qu’on ne peut pas faire. C’est si facile de faire le héros au loin à travers le net. Si Monsieur est si courageux, qu’il vienne donc vivre au Cameroun avec nous, enseigner à Ngoa-Ekelle et défendre tous les étudiants qu’il souhaite. On pourra mesurer concrètement sa puissance d’activiste. Par ailleurs, ce mythomane impénitent me fait passer pour un rdpéciste. C’est peut être « sanguinaire »!!! Si je voulais même entrer au RDPC, je ne suis pas sûr qu’on y voudrait de moi, au moins si je devais conserver ma posture idéologico-intellectuelle et idéologico-politique actuelle!!! Nganang va faire s’esclaffer tout le Cameroun avec ce genre de considérations. N’importe quoi!!!

3-Encore une preuve de la mauvaise foi de Nganang. Il reconnaît maintenant que Um Nyobè est grand, lui qu’il a aussi copieusement dénigré. Mon ami et frère en Kamitologie Bonaventure Tchucham en est témoin. Par ailleurs, cher Ami, la manipulation ne passe pas. On n’a pas discuté des mérites des personnages historiques. Les noms des » mauvais « sont toujours choisis avec un dessein ethnocentré comme si ses ennemis politiques du RDPC ou de l UNC-RDPC étaient tous des Fang-Beti et rien que des Ekang!!! C’est Semengue et Ateba, pas Kame et Ngoufack!!! Malgré ma sympathie pour l’Upc, je sais aussi ce que Nganang ne veut pas dire. Les seigneurs de guerre de l’Armée de libération nationale du Kamerun ou du Sinistre national kamerunais ont aussi commis de abus. Qui a tué Mpouma et Delangué? C’est Nganang qui a l’esprit confus aveuglé par un mélange explosif de haine politique et de rancoeur tribale…

4- Il n y a qu’un déjanté et un désaxé comme Nganang pour nous faire croire que l’arbitraire homocratique n’existe pas matériellement au Cameroun. Ceux qui subissent ce harcèlement moral et physique au quotidien et qui s’en plaignent sont certainement tous des mythomanes et des paranoiaques. Même dans l’Occident américain qui lui tient lieu d’asile économique, on n’accepterait pas cela en dépit du fait qu’on ait versé là-bas dans le libidinalisme sans frontières qui y fait admettre comme légitime les « sexualités dites alternatives ». Si c’est cela qu’il appelle le succès ,tant mieux pour lui!!!!C’est un succès cher payé!!!Nier l’existence des pratiques de harcèlement homocratique au Cameroun qui ont bien cours dans des cercles précis du pouvoir et dans des milieux sociaux bien ciblés d’influence, c’est corroborer l’arbitraire cynique qui y est lié et qu’Ateba dénonçait. C’est bien cela qui lui vaut la haine féroce de Nganang. On voit que c’est lui Nganang qui a des sympathies avec certaines baronnies du régime rdpéciste qui sont versées dans de telles pratiques!!!

5- Si Monsieur ne comprend pas , c ‘est son droit. Souvent on appelle jargon, la pensée et le langage auxquels on ne peut accéder parce qu’on y a pas été initié!!! C’est comme si un Fang-Beti comme moi ne comprenant pas la langue medumba que parlent les parents de Patrice Nganang, décrétait que cette belle langue n’a pas de sens parce qu’il ne la comprend pas!!!Soyons humbles et au lieu de dénigrer les autres sur le jargon, essayons d’apprendre pour comprendre avant de juger. Par ailleurs, il est trop facile de disqualifier comme jargonnant le langage que l’on ne comprend pas parce qu’on n’a pas les références mentales et intellectuelles pour y accéder. Comme Nganang n’a pas beaucoup de sens philosophique et pas de culture sociologique et aucune vista politologique, il n ‘y comprend rien!!!

6-Nganang qui ne connaît rien aux sciences sociales et ne semble pas plus avancé en sciences humaines, déforme malhonnêtement ma pensée. Je suis bien loin du « Cameroun c’est le Cameroun ». C’est encore une pure fraude intellectuelle que de me me présenter comme un défenseur intellectuelle du « biyaisme ». Cher Monsieur, le poujadisme a un sens précis dans l’histoire politique de la France. Qu’est-ce que Charles Ateba Eyene a à voir avec Pierre Poujade au niveau des trajectoires sociales et des itinéraires historiques ou même des chemins biographiques? SVP, ne faites pas de la comparaison à deux sous!!! Je vois que Nganang n’était pas 0 « sciences Po »… Il ne peut pas comprendre ce genre de choses.

7- Monsieur Nganang, vous vous trompez. Je ne puis en aucune manière vous jalouser. Ce n’est pas mon style!!!Pour moi ce serait manquer à la bienséance bourgeoise, ce serait manquer de classe et même manquer à ma classe. Par ailleurs, ce n’est pas vous qui pouvez me prendre au jeu idéologique sur l’homophobie. Je le maîtrise mieux que vous et je pourrais vous entretenir longuement dessus. Cette catégorie de combat a été fabriquée par les activistes gays , c’est à dire ce groupe particulier qu’il faut bien distinguer des « homosexuels ordinaires » -comme le fait d’ailleurs le théoricien homosexuel Jean Pier Delaume Myard-qui ont transformé leur passion débridée pour l’homosexualité en idéologie intégriste qui finit par être aussi inquisitoriale que celle qu’il reproche aux « homophobes ». Je n’ai jamais dit que vous étiez « pédé ».Si vous voulez faire votre coming-out ,faites-le et assumez-le vous-même !!!Au moins là ,vous feriez preuve de courage de revendiquer clairement et pleinement cette identité. Je vois déjà notre Superman de l’activisme venir nous organiser une gigantesque « Gay Pride » sur le boulevard du 20 Mai dépassant le triomphe rendu à Ateba à cet endroit!!!Nganang, on attend hein, pas le « bep-bep-bep »!!!

8- On voit bien que Nganang ne vit pas au Cameroun. Il a vraiment la tête à Gotham City. Je suis désolé. S’il croit que le seul progressisme, c’est celui de l’apologie souverainiste, extrémiste et libidinale du suprématisme homophile, c’est son droit. Les tenants du système eux ne s’y trompaient pas qui redoutaient plus Ateba que Nganang. Ici au Cameroun, Nganang ne fait peur à personne!!! Peut-être ont-ils peur de lui à New York. Cela voudrait dire qu’à la « Big Apple », on est devenus bien couards!!!

8-Encore une fois, Monsieur Nganang dans son obsession tribaliste veut m’entraîner sur un terrain frauduleux. D’abord ,il ne sait pas grand chose de ce que je pense de Lapiro. Ai -je dit aussi que Moukoko Priso était un héros à Bonaventure Tchucham parce qu’il était de l’Océan comme moi? Pense-t-il vraiment que j’ai les mêmes vues politiques que bien de mes parents qui sont pourtant de l’Océan? Ne délirons pas et ne faisons pas passer nos fantasmes pour la vérité. Surtout cher Ami, cessez de croire que vos imprécations ethnicistes ont une valeur politique et morale sérieuse. Le pire , c’est que vous ne vous rendez même pas compte de cet ethnocentrisme maladif, véritablement compulsif!!!

Vous remarquerez cher Monsieur Nganang que contrairement à vous, je n’ai pas pris le risque que vous avez assumé à l’encontre de ma communauté , de stigmatiser la vôtre. Qui est tribaliste,n’est -ce pas celui qui parle dédaigneusement des « mêmes gens » aux « mêmes méthodes »?Je prends ceux qui suivent cette controverse à témoin en dénonçant la véritable chasse aux sorcières menée par Patrice Nganang contre moi. C’est vous Patrice Nganang et vous seul qui avez clairement, répétitivement et compulsivement stigmatisé une communauté ethnique dans sa totalité .Dans cette controverse, jusqu’ici je n’ai pas adopté une telle posture nauséabonde et nauséeuse qui n’est pas dans mon style. Ne faites donc pas de fausse symétrie et assumez votre tribalisme grossier et publiquement exposé qui me répugne.

9- Non, cher Nganang, mon esprit est trop sophistiqué pour qu’il puisse se permettre une telle confusion. Ce n’est pas pour rien que le régime a militarisé les obsèques d’Ateba. C’est bien parce qu’il le redoutait. Il faut être humble et reconnaître la valeur de quelqu’un même quand on n’a pas les mêmes idées que lui. Nul d’entre nous deux n’est sûr de bénéficier lorsqu’il viendra à mourir du puissant hommage populaire rendu à Ateba qui irrite de petits intellectuels nombrilistes et égotistes comme vous. Comme disait l’ancien footballeur ivoirien devenu musicien Gadji Cely, les jaloux vont maigrir avant de périr !!! Nous on est devant , on va à Devant dougou!!!

10-Cessez Cher Monsieur de vous prendre pour le centre du monde. Vous n’êtes pas la « diaspora ». Encore une fois, c’est de manière impropre que vous utilisez ce concept historique et sociologique .On peut même toujours vous le concéder. Vous devez savoir que je ne me serais pas intéressé à votre personne, si au prétexte de conduire une critique intellectuelle de ma démarche vous ne passiez le temps à vouloir injustement me couvrir d’opprobre. Cher Ami, le fait que vous soyez un exilé économique à New York ne m’impressionne pas. Ce n’est pas vous qui pouvez m’apprendre des choses sérieuses sur la civilité et la citoyenneté cosmopolites ou sur les « hyphenated identities » ou « identités trait d’union ».

11- Quoi que vous puissiez dire cher Nganang, c’est ici encore que se manifeste votre complexe de classe. Vous parlez de mon père, ai-je parlé du vôtre ? Si vous voulez m’invectiver ou m’insulter ,faites-le sans avoir à passer par mon père. Par ailleurs, à qui allez-vous faire croire au Cameroun éclairé, éveillé, informé et conscient qu’Owona Joseph et Owona Nguini Mathias Eric au plan idéologico-politique et idéologico-intellectuel, c’est la même chose ? Vous faites exactement comme ces barons du régime sans véritable « confort intellectuel » qui pour intriguer contre Owona Joseph auprès de leur Maître Central Biya Paul, vont lui dire que c’est lui qui envoie son fils Owona Nguini critiquer le régime !!! C’est vrai que vous avez un rapport fort distendu avec l’autonomie bourgeoise de pensée, noyé que vous êtes dans la fange et la vase ethnofascistes où votre propos s’est enlisé de manière récurrente. Pour vous, la politique est dans le sang, les gènes et le sperme. Si ça n’était pas le cas pourquoi pouvez-vous penser que parce qu’Owona Joseph est dans le RDPC ,Owona Nguini Mathias son fils devrait y être aussi ? Le populiste ethnofasciste qui apparaît derrière votre masque de gauchiste libertaire est tellement obsédé par mon sang familial, qu’il croit que c’est cette ascendance génétique qui commande mes pensées et mes actes. C’est l’odeur de mon père qui vous obsède comme si je n’avais pas la mienne senteur. En cela, vous êtes bien un crypto-fasciste obnubilé par la biologie familiale qui est la mienne. Comme si je m’intéressais à la vôtre. Non content de vous attaquer aux Owona, il vous faut encore stigmatiser à répétition tout un groupe ethnique que vous dénigrez à travers le terme de « pays organisateur » en laissant croire de manière mensongère que le régime du Renouveau n’aurait pas à tous les niveaux des sociétaires provenant d’autres nationalités communautaires du Cameroun. Quelle hypocrisie ethno-fasciste !!! Par ailleurs ,libre à vous d’être un nostalgique du « Parlement estudiantin» qui ne se remet pas de la cuisante défaite historico-politique à lui infligée par les phalangistes d’autodéfense, précisément parce que certains des acteurs de ce mouvement contestataire engagé dans les luttes socio-politiques des « années de braise » n’avaient pas su éviter la tentation de l’ethnocentrisme , se laissant prendre aux pièges de l’ethnicisme politique que le régime macoute sut exploiter pour casser la formation d’un front révolutionnaire véritablement républicain. Enfermé dans un drame picaresque, vous restez plongé dans la nostalgie passéiste de ces luttes du « Parlement »,c’est votre affaire, une affaire don quichottesque. Je n’y étais pas.

12- Cher Ami, comme ça vous énerve de m’écouter sur les microphones des radios camerounaises, venez alors m’empêcher d’y parler quand on m’y invite. Si des membres de ma génération sont morts pour la liberté d’expression, je ne peux que m’incliner et leur rendre hommage. Je crois que ma posture habituelle dans ces médias, ne trouble pas l’esprit de vos camarades qui sont morts dans ces luttes politiques. Maintenant, si vous croyez avoir le monopole de l’intelligence – si vous la détenez d’ailleurs, ce qui serait à vérifier-, je serai bien aise de débattre avec vous dans ces médias à la loyale non par des manœuvres traîtresses. Pas le « Bep-Bep-Bep » , Nganang, on peut le faire même en camfranglais ou en pidgin !!! A propos du fait que « nous » du « pays organisateur », mon aîné Jacques Fame Ndongo et moi nous parlions ou nous parlerions le latin, c’est encore une démonstration de votre esprit d’amalgame tribaliste. Avec tout le respect que j’ai pour cette éminente personnalité, il ne me semble pas que du fait d’être tous des Fang-Beti ou des Ekang, il en résulte que nous ayons les mêmes vues politiques ou intellectuelles.Beaucoup au Cameroun, même mon « Tonton» Fame Ndongo, s’esclafferaient de vous écouter sur ce point. On voit qu’au-delà des vos éructations malveillantes et des exhalaisons malodorantes qu’elles véhiculent, vous ne connaissez rien à la politique camerounaise !!!Vous ne savez rien du débat organisé par le Caped ,le centre d’étude de mon collègue Alain Fogué sur l’opportunité ou la non-opportunité des motions de soutien des universitaires issus des institutions universitaires d’Etat appelant Monsieur Paul Biya à se présenter à nouveau à l’élection présidentielle de 2011 ; débat au cours duquel j’étais avec Claude Abe et Xavier Messe À Tiati parmi les contradicteurs de Jacques Fame Ndongo, Joseph-Vincent Ntuda Ebode qui est pourtant mon ami et mon frère ,Mabou Mabou ou Rachelle Bidja !!! Quand je défendais la thèse de l’inéligibilité de Paul Biya à l’élection présidentielle de 2011 relayant et complétant les vues éclairées de mon ami et frère Alain Didier Olinga et coalisant avec maître Fidèle Djoumbissié, sur une base à la fois éthique, juridique ,politique et philosophique contre Narcisse Mouellé Kombi ou James Mouanguè Kobila, le puissant activiste que vous êtes conscient de mes « faiblesses dans l’action » aurait dû prendre le relais. On ne vous a pas vu à l’époque …Où étiez-vous ? Qui manque de courage alors ? Vraiment, cher Nganang, soyez modeste. Si vous vous prenez pour une référence en matière d’intelligence critique, c’est le lupanar qui se prend pour un couvent !!!

13-Encore une fois, cher Ami, vous voulez peut-être avec votre narcissisme habituel, vous faire un peu de publicité. Contrairement à ce que vous dites, je suis loin mais alors très loin des terres de l’inculture où vous tentez de me déporter, même si je ne saurais tout savoir. Si vous en doutez,il faudra venir tester, pour bien y voir. Peut-être est-il souhaitable que vous vous frottiez à moi pour voir. J’ai bien lu certains de vos écrits qui ne m’ont pas laissé un souvenir impérissable. Je les ai trouvés plutôt moyens, peut-être parce que je ne suis pas un critique littéraire !!!C’est donc mon modeste avis ;Ce que je comprends c’est que ce manque de génie littéraire est à la source de la jalousie que vous éprouvez pour la vraie brillance épistolaire .C’est pour cela que vous jalousez la puissance philosophique de l’Eboussi que vous ne serez jamais, que vous enragez devant le génie romanesque de Mongo Beti que vous n’atteindrez jamais ou que vous mourrez de jalousie devant la finesse théorico-sociale et théorico-intellectuelle d’Achille Mbembe que vous n’égalerez jamais. Cher Nganang, méditez cet adage douala-kingala-sawa que le grand Lapiro de Mbanga dont les origines mêlaient le Bamiléké et le Douala aimait à reprendre : « Muna Nyongo Buki tè wa bambèlé mo konda » (Quand ton frère te dépasse, porte son sac).

13 bis- Cher Ami, encore une fois,vous n’y êtes pas. Je n’ai jamais dit que vous défendiez le « lumpen-prolétariat » !!! J’ai dit plutôt que vos mauvaises manières étaient typiques de l’oblat social venu du lumpen-prolétariat dont la réussite n’est pas parvenue à lui faire oublier le ressentiment venant de la souffrance sociale endurée du fait de ses origines sociales plus que modestes .Je vous comprends que vous n’avez aucune culture des sciences sociales et que vous ne sachiez rien de la socio-analyse ni de la psychanalyse. Ce n’est pas vos positions d’activiste que je visais, c’est votre complexe névrotique toujours présent malgré votre ascension par l’éducation vis-à-vis de vos origines sociales. Je vois que vous n’avez pas appris les bonnes manières au point de snober même aujourd’hui les « sous-quartiers » d’ou vous venez en tenant des propos indignes pour un vrai fils du bon peuple sur « l’écume populiste ».Il vous reste beaucoup de ressentiment et bien des stigmates de cette époque, surtout la passion pour le hooliganisme mental et comportemental. En cela, vous êtes comme ces barons du Renouveau, véritables « miraculés historiques » et « parvenus sociaux » comme vous, qui au lieu de se réjouir de leur« réussite petite-matérialiste », ont la rage contre ceux qui n’ont pas connu leurs galères .Comme eux, vous êtes honteux de votre passé social, parce que vous êtes devenu un petit notable de l’écriture. Voilà pourquoi en complexé que vous êtes toujours ,je vous énerve par le seul fait que je sois le fils d’un Baron du Renouveau, un « fils de ministre » qui doit payer pour les fautes imputées à tort ou à raison à son père !!!Monsieur l’inquisiteur, mon dossier serait encore plus lourd à vos yeux si vous saviez que ma défunte mère a fini sa carrière Secrétaire générale de ministère. Je suis sûr que votre rage ressentimentale s’en trouverait accrue. Vous devez savoir que je suis fier surtout d’être fils de Professeur et content d’avoir eu une mère qui fut l’une des deux premières femmes du Cameroun à entrer dans le corps des Administrateurs civils. Maintenant, cela ne m’oblige pas à avoir les mêmes idées politiques que mes parents !!!Comme je suis élégant, je ne vous demanderai pas ce que sont ou ce qu’étaient votre père et votre mère !!! Ne faisons pas comme si j’avais passé un concours pour être le fils de mes parents !!!Il y a dans votre inconscient même à New-York, la honte de vos origines modestes et la peur d’y revenir !!!

14- Dans votre manque habituel de sérieux, vous pouvez toujours ironiser sur mon doctorat. Ma thèse, surtout ses chapitres 7 et 8, vous apprendrait bien de choses sur l’expérience de 1991 qui semble vous avoir traumatisé. Vous êtes effectivement resté bloqué dans l’expérience traumatique que fut pour vous et pour bien d’autres jeunes contestataires attachés au « Parlement estudiantin », l’échec politique et stratégique de ce mouvement confronté aux contraintes produites par la brutalité sécuritaire de la répression conduite par le régime macoute. Cher Ami,la révolution ne s’improvise pas et la politique de combat n’est pas une soirée de gala !!!Pubertaire de l’intelligence que vous étiez et que vous restez, vous ne le comprenez toujours pas. Vous êtes toujours affecté par les maladies infantiles du gauchisme narcissique qui vire rapidement à l’esthétisme réactionnaire d’où votre haine romantique du « Pays organisateur » et la pathologie tribaliste qu’elle induit qui vient corrompre votre engagement progressiste.

15- Cher Ami, je vous donnerai deux petits conseils : 1° Soyez humble 2° Soignez- vous de ce tribalisme maladif. Il faut effectivement que vous puissiez vous guérir de cette haine ethnocidaire. Je croyais que cette haine était le monopole des (anciens) Autodéfenseurs. Il est par ailleurs profondément malhonnête de faire croire que les vrais libres penseurs-et il n’y en a pas un seulement un ou deux-qui vivent physiquement au Cameroun et prennent quotidiennement position sur différentes questions d’intérêt national, public ou général, parlent parce qu’ils auraient des parapluies ou des parrains. On voit bien que vous êtes très versé dans l’art des parrainages et des réseaux. C’est bien pour cela que vous ne pouvez pas imaginer que de libres penseurs puissent s’exprimer sans parrainage !!! On peut percevoir à quel bord vous appartenez ! Je comprends encore ici pourquoi vous détestiez Ateba. Il faut aussi rappeler que Joseph Owona est mon père, pas mon parrain. Qui est le parrain du vénérable Sindjoun Pokam ? Qui est celui des époustouflants Cabral Libiih et Richard Makon ? Qui protège même le chatoyant et prometteur Boris Bertolt ? Ne crevez pas de jalousie quand l’éclat doit revenir à d’autres que vous au Cameroun. Il y a assez d’espace pour ceux qui se veulent, à un titre ou à un autre , être des acteurs du « changement ». Il devrait même, si le Cameroun est une société civilisée, y avoir de la place pour les partisans de l’ordre établi lorsque le changement se sera concrétisé et que l’orthodoxie aujoulatiste sera devenue un « ancien régime » .Cher Nganang débarrassez-vous de votre tribalisme compulsif et maladif et votre narcissisme puéril et infantile. Ce sera une saine toilette. A bientôt. »

 

camernews-owona-nguini

camernews-owona-nguini