NOTES SUR LE SIMULACRE DE PROCÈS DU MOUVEMENT POUR LA RENAISSANCE DU CAMEROUN (MRC) À YAOUNDÉ

Un simulacre de procès public prend place en ce moment au Cameroun, un cirque de despotisme légal dans lequel les autorités judiciaires ont déjà déterminé la culpabilité de l’accusé. Ce type de procès est organisé en conformité avec le but poursuivi par la propagande du régime, qui consiste à intimider puis à lancer un avertissement contre d’autres dissidents ou transgresseurs potentiels.

En effet, en regardant tout le triste spectacle offert au public par le procès du MRC devant un tribunal militaire, les apparatchiks du régime de Biya doivent enfin se poser des questions de bon sens: d’abord s’ils font réellement leurs devoirs, au lieu d’être simplement réduits à être des sycophantes pour un dirigeant tellement épris de son image de Nègre–en-chef. Un homme tellement perdu dans son propre ego qu’il ne peut pas ou plus voir à quel point il est nul en politique, en négociation et d’autres attributs si nécessaires au leadership dont a besoin le pays aujourd’hui.

Une incompétence politique notoire qui ne peut que nous mener au néant. Surtout avec toutes les « créatures » de Biya dans les médias et ses juges despotiques légaux qui déversent de l’essence sur le feu démocratique allumé par le MRC, nous sommes certains de nous précipiter dans une sorte de guerre civile, comme nous a déjà prévenu le ministre ethno-fasciste Jean De Dieu Momo.

En effet, pour les faucons du régime, rien de tel qu’une bonne guerre pour oublier une autre élection volée.

Cependant, contre ce type de stratégie idiote et infantile, le CL2P affirme que ces apparatchiks doivent commencer à adopter une tactique intelligente, plutôt que la même vieille croyance erronée à laquelle personne ne croit plus, selon laquelle ils auraient réellement remporté les élections. Parce que ce grossier mensonge continue de saper leur propre position en leur laissant croire qu’ils peuvent convaincre de force qu’ils ont remporté l’élection présidentielle avec plus de 70% des voix. Car si tel était réellement le cas, il n’y aurait pas de raison de mettre tout le MRC en prison. En mettant la MRC en prison, ils ont eux-mêmes reconnu qu’il y avait des problèmes avec les dernières élections présidentielles et que leur logique du statu quo n’était pas acceptable.

Pourtant, la démocratie doit aller de l’avant, car il n’y a simplement pas d’alternative. L’apparence d’une «victoire» ne suffit plus. La loi du plus fort ne fonctionne plus non plus.

La seule issue pour le régime de Yaoundé est de laisser le Mouvement Pour La Renaissance du Cameroun (MRC) jouer son rôle d’opposition légale et légitime au régime en place, puis d’aider le Cameroun à construire jusqu’à un niveau adéquat les fondements et structures d’une véritable démocratie libérale que ce pays n’avait jusqu’ici pas expérimentée, où nous devions déjà être et devrons nous situer en tant que nation dans le concert international.

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques – CL2P

http://www.cl2p.org