Nord : trois centrales solaires pour redonner vie au barrage hydroélectrique de Lagdo

C’est la principale résolution prise par  le Ministre de l’Eau et de l’Energie, Gaston Eloundou ESSOMBA  du 06 au 09 mai 2019 dans la région du Nord-Cameroun.

Le Réseau Interconnecté Nord, pose un problème de production encore couteuse sur un mix énergie qui coute cher à l’Etat. Pour répondre à  la demande des populations l’Etat a greffé d’autres sources de production comme le thermique sur le barrage hydroélectrique de Lagdo. Le diagnostic établi et connu fait état de la vestusté de l’ouvrage ,des aphres du changement climatique ,l’ensablement ,la mauvaise hydrologie, les problèmes électromécaniques.

Le chef de l’Etat a instruit de développer 03 centrale solaires en attendant que le projet d’aménagement hydroélectrique de Bini à Warrak prenne corps, dont une à Guider, l’autre à Guider et le troisième à N’Gaoundéré, les operateurs sont connus et les études avancent à une rythme satisfaisant. Conscient de la situation du déficit en énergie électrique dans le Nord, le chef de l’Etat, a dépêché le Ministre de l’Eau et de l’Energie, Monsieur Gaston Eloundou ESSOMBA  du 06 au 09mai 2019  pour une visite de travail dans la région du Nord-Cameroun.

Le chef du département du secteur eau et énergie au Cameroun au terme de sa visite dans le Nord, a procède à une visite d’inspections des installations de la centrale hydroélectrique de Lagdo, principale  source de production du Réseau Interconnecté sud, par la même occasion, il a évalué les travaux de réalisation et de réhabilitation des installations hydrauliques de la ville de Garoua et ses environs. Selon la Camwater on note quelques problèmes  en matière de  l’adduction en eau potable, la ville de Garoua.

Toutefois la ville  est dotée de 12 forages opérationnels qui produisent en moyenne 13.500m3 /jr, pour un besoin journalier d’environ 18.000 m3. La capacité de stockage est de 6350 m3 et reste très sous utilisée du fait de la faiblesse de la production. On noté un déficit d’environ 4500 m3/j. Ce déficit se fait ressentir très ardemment dans les quartiers hauts tels que Marouare, Poumpouré, Nigeriaré, NgALBIDJE, Plateau, Lainde et Kanadi.

Par Félix Swaboka à Garoua | Actucameroun.com