camernews-girls

Nigeria: Le gouvernement entre en négociation avec Boko haram et obtient la libération de 82 Lycéennes de Chibok retenues captives pendant trois ans.

Nigeria: Le gouvernement entre en négociation avec Boko haram et obtient la libération de 82 Lycéennes de Chibok retenues captives pendant trois ans.

En contrepartie, Muhammadu Buhari, le Chef de l’Etat du Nigeria, a ordonné la libération d’un certain nombre de prisonniers, membres présumés de Boko Haram.

Ce dimanche 7 mai 2017, le président nigérian, Muhammadu Buhari va solennellement recevoir à Abuja, ville capitale, 82 filles enlevées depuis avril 2014 dans un lycée à Chibok au Nigeria par des hommes armés, membres de Boko haram, qui est une secte islamiste d’origine nigériane.

Dans un communiqué publié hier samedi 06 mai, Garba Shehu, principal collaborateur du président Muhammadu Buhari, explique que cette libération des Lycéennes de Chibok,  obtenue en début du week-end, est le résultat des négociations entamées depuis plusieurs mois avec Boko haram, sous l’égide du gouvernement Suisse, de la Croix rouge, des Ong et bien d’autres organisations.

En échange, le gouvernement nigérian a de son côté libéré des prisonniers soupçonnés d’être des membres de l’organisation terroriste qui fait la guerre depuis plusieurs années non seulement à l’Etat nigérian,  mais aussi à plusieurs autres pays de la sous-région d’Afrique centrale dont le Cameroun.

Ainsi prend fin le calvaire de 82 filles maintenues en esclavage pendant trois ans. Plusieurs autres lycéennes de Chibok sont encore retenues captives. Dans sa communication hier, le gouvernement du Nigeria a promis de mettre tout en œuvre pour la libération de tous les otages encore entre les mains de Boko haram.

En avril 2014, des hommes armés de la secte islamiste d’origine nigériane avaient enlevé au total 276 lycéennes à Chibok. Peu de temps après, 57 d’entre elles avaient réussi à échapper à leurs ravisseurs. Ensuite, l’année dernière,  Boko haram avait remis 21 autres lycéennes aux autorités nigérianes.

Le chef de la secte islamiste d’origine nigériane, Shekau Abubakar, avait justement promis l’année dernière de libérer tous les otages à condition que le Gouvernement nigérian libère en contrepartie tous les combattants de Boko Haram qui ont été faits prisonniers pendant la guerre qui oppose le Nigéria au groupe terroriste.

Une centaine de lycéennes sont encore otage dans les bases de Boko haram.

camernews-girls

camernews-girls