Ngaoundéré: le FEICOM fait peau neuve

L’agence régionale a été inaugurée jeudi dernier par le MINATD, René Emmanuel Sadi

 

L’agence régionale du Feicom de Ngaoundéré symbolisait jusqu’à la caricature le paradoxe du cordonnier mal chaussé. Elle se souciait de construire des hôtels de ville aux communes (Mayo-Darlé, Tignère, Mbé…), tout en s’oubliant elle-même. Ça peut faire sourire, l’agence était devenue quasiment un « SDF ». Ce Sans domicile fixe a vadrouillé du quartier administratif, son premier pied à terre à Ngaoundéré, jusqu’au lieu -dit « Carrefour ministre », sa dernière demeure. Sur la route qui mène à la gare, elle occupait un logis certes acceptable, mais il faisait face à deux boucheries, à quelques « braiseurs » de soya. Deux laveries jouxtaient les locaux. Depuis hier, les choses ont changé. L’agence régionale est bien installée, bien sapée. Elle a sorti le « corrigé ». Le Feicom a son propre toit. Un immeuble R+2, avec sous-sol situé au nouveau quartier administratif de Ngaoundéré. La partie supérieure est rehaussée par des baies vitrées. C’est ce bijou que René Emmanuel Sadi, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, par ailleurs PCA du Feicom, a inauguré jeudi dernier. Il était entouré du gouverneur de la région de l’Adamaoua, Kildadi Taguiéké Boukar, des cinq préfets et des 21 maires de la région, principaux usagers de l’agence régionale.
Dans son mot de bienvenue, le délégué du gouvernement, Hamadou Dawa, a souligné que ce « joyau contribue à l’embellissement de la ville et témoigne de la vitalité de l’organisme ». Le DG du Feicom, Philippe Camille Akoa, a relevé que l’inauguration de l’agence régionale « coïncide avec la vitalité du mouvement municipal au niveau régional ». Le MINATD a invité le personnel à bien maintenir le joyau architectural. Les travaux de construction de l’agence régionale ont coûté 527 millions de F.