camernews-ndedi eyango

Ndedi Eyango affiche ses ambitions

Ndedi Eyango affiche ses ambitions

Il fait partie des nombreux candidats en lice pour le poste de Pca de la Socam dont l’élection est prévue le 2 novembre prochain.

Prince Ndedi Eyango est en campagne. En réponse à ses adversaires, il brandit ses ?uvres musicales et demande à ces derniers d’en faire autant. «Moi je n’ai pas d’argent à distribuer. Si c’était dans un autre domaine, j’aurais eu peur mais pas dans celui de la musique. Et je suis prêt à me battre pour sauver la musique. Que ceux qui parlent au nom des artistes nous présentent leurs oeuvres», argue Ndedi Eyango.

Avant d’ajouter qu’il a fait des recherches et détient des preuves accablantes sur certains de ses adversaires. Dévoilant que des malversations financières ont été perpétrées par ces derniers. Ottou Marcellin, le rejoint: «il n’ y a pas de problème de droit d’auteur au Cameroun, mais de malversations financières à la Socam. Et ce sont ces mêmes individus qui veulent revenir. Et nous ne l’accepterons plus.». Ndedi Eyango soutient que quelque soit le dénouement de l’élection du 2 novembre prochain, la bataille du toilettage des textes, statuts et la présentation des bilans de la gestion de la Socam se poursuivra.

Une fois cette précision faite, l’artiste-musicien dévoile les réelles raisons de la rencontre du mercredi 23 octobre 2013 avec ses pairs. L’absence de solidarité et de franchise, l’achat des consciences sont quelques uns des maux cités par le “prince des montagnes”. Même si à l’observation, il semble être soutenu par certains artistes de renom. Puisque des grosses pointures de la musique camerounaise ont pris part à ces assises de Douala. Notamment Ekambi Brillant, Ben Decca, François Misse Ngoh, Ottou Marcellin, Bell’a Njoh, Atango de Manadjama, Dooh Belle (Zangalewa), Racine Sagath, Justice Beyene, Papillon. Des artistes qui disent soutenir le projet du candidat Ndedi Eyango. Qui dit avoir réuni les artistes pour «barrer la voix à ceux qui ont pillé l’argent des artistes».

Le candidat à la Présidence du conseil d’administration (Pca) de la Socam entend continuer à sensibiliser ses collègues afin de faire front commun et parler d’une seule voix et être entendu. Et pour signifier leur mécontentement de la précédente gestion de la Socam, Atango de Manadjama entonne «l’hymne ralliement». La centaine d’artistes présents le reprennent en choeur : «On est fatigué, Prince Eyango vient nous sauver. On n’est fatigué…» Parallèlement, le producteur Raymond Tchengang appuyés par d’autres artistes, sillonne le pays depuis quelques jours expliquant qu’on ne peut pas procéder à une assemblée élective sans clarifier ce qui s’est passé avant.

 

camernews-ndedi eyango

camernews-ndedi eyango