Mutations: Xavier Messè s’en va

e directeur de publication du quotidien privé a indiqué qu’il quittera ses fonctions dès demain pour une autre aventure.

«Je pars ! A compter de ce vendredi 31 mars, je quitterai mes fonctions de directeur de publication de Mutations, poste que j’ai occupé depuis le 1er mars 2012 ». Dixit Xavier Messè à Tiati sur sa page Facebook le 21 mars dernier après avoir passé 17 ans, au service de ce journal. « J’ai envoyé ma lettre de démission depuis le 16 mars au PCA en lui disant que je voudrais partir le 31 mars. Entre-temps, j’ai voulu qu’il me trouve un remplaçant avec qui je dois travailler et lui passer les dossiers délicats. J’ai attendu et comme il n’a pas réagi, j’ai été obligé de publier mon départ sur ma page Facebook », explique le chroniqueur de la rubrique « Bloc Notes ». Une rubrique qu’il animait chaque semaine depuis 14 ans.
A son domicile au quartier Mimboman à Yaoundé hier en début d’après-midi, le reporter de CT l’a trouvé plongé dans ses livres, l’air détendu. Âgé de 68 ans, Xavier Messe a pris  les fonctions de Dp après le départ d’Alain Blaise Batongue. «  Je m’étais fixé un objectif. Je me suis dit qu’à une période ou une date, je ne serai plus à Mutations. Parce que j’estimais avoir tout donné. C’est alors qu’en octobre 2016, j’ai rencontré mon PCA avec qui j’ai longuement échangé sur le fait que profitant de cette restructuration, il fallait que je puisse céder la place aux plus jeunes pour les laisser évoluer», poursuit Xavier Messè à Tiati. A la suite de cette restructuration, il est confirmé à ce poste. « Je l’ai accepté parce que je ne voulais pas désavouer un ami, un frère, un PCA en plein séminaire. Mais je suis resté fidèle à la ligne que je me suis fixée, c’est-à-dire travailler jusqu’au 1er mars 2017. »
Son prochain atterrissage reste encore inconnu. « Depuis septembre, j’ai reçu énormément de sollicitations au Cameroun comme à l’étranger. J’étais tenté, compte tenu des propositions qui m’ont été faites. Mais je me suis dit qu’à mon âge, je préfère rester au pays.  Je suis en train d’étudier ces multiples offres faites à Douala et Yaoundé » fait-il savoir.