camernews-govinal-n-essomba

Musique – Govinal Ndzinga Essomba: «Je remercie le Seigneur de m’avoir inspiré Naya-Naya»

Musique – Govinal Ndzinga Essomba: «Je remercie le Seigneur de m’avoir inspiré Naya-Naya»

En 33 ans de carrière musicale, Govinal Ndzinga Essomba, GOVY pour les intimes, n’éprouve presqu’aucun regret en tant qu’artiste.

Certains de ses titres, pourtant sortis dans les années 1980, font toujours autant d’effets lors des occasions et pour les générations qui ne les ont pas connus, ces derniers sonnent comme des nouveautés. L’homme ne passe alors aucune semaine sans être plébiscité dans des événements divers. Voici GOVY en mode «on se lâche»…

Déjà merci de nous accorder votre temps, il faut dire que votre programme était très chargé depuis la semaine de la femme qui a pris fin le 09 mars dernier et d’autres dates qui s’annoncent intenses…

Bonjour Daniel et Merci pour votre disponibilité et surtout pour la valeur que vous me portez. J’ai été surtout très ravi, lors de notre prise de contact, de constater que vous suiviez bien ma carrière et vous êtes au courant de la plupart de mes activités. Ceci dit, j’ai effectivement eu une semaine très chargée comme la plupart des artistes due aux activités de la fête internationale de la femme. Il fallait les accompagner dans leur plaisir et dans leur réjouissance et l’artiste que je suis a été très ravi de donner du plaisir à nos femmes, nos sœurs, nos mamans et nos filles.

C’est le lieu pour moi de remercier toutes les femmes qui nous soutiennent et qui nous encouragent a persévérer dans ce difficile métier. C’est la raison pour laquelle on leur réserve la plus grande part dans nos musiques, pour leur rendre cet amour. Je leur rends hommage a travers mon titre «Maman» et je partage leurs souffrances et leurs difficultés a travers «Se wa», ou encore «Oh déballez» …

Une bonne trentaine d’années de carrière musicale, 14 albums pour 4 best of très demandés ; comment est-ce que vous vivez tout cela au quotidien ?

J’ai effectivement reçu ma première carte de membre comme artiste à la Socadra en 1981, cela fait exactement 33 ans. Ce qui me fait autant d’années de carrière musicale. En 33 ans, j’ai 14 albums, 17 vidéogrammes, 4 volumes de Best of Govy. J’estime et vous conviendrez avec moi, que c’est un bilan largement positif, surtout que je reste en activité et je suis sollicité chaque semaine en spectacle sans faire trop de bruit. Le 27 Mars déjà, je serai en spectacle live au Carrossel pour donner un coup de main a mon Petit-frère Richard Amougou qui m’a sollicité pour sa soirée dédicace.

Là je sors du festival Fomaric à Douala, qu’organise mon frère Nkotti François et le public de Douala m’a chaleureusement acclamé. C’est pour vous dire que c’est 33 années de joie, de plaisirs, de bonheur et de communion, avec mon public. Et tant que le Seigneur me permettra d’avoir un peu de souffle, je le mettrai au service de mon public, que j’adore.

On vous sait également très inspiré quant aux appellations que vous donnez à vos projets, on a connu Govikut-si en 2001, ou encore Bikut-chic en 2012 entre autres… Dites-nous, où en est ce dernier projet qui d’ailleurs, comporterait 10 titres?

Vous savez, les titres que je choisis pour mes œuvres reflètent généralement leur identité: Govikutsi par exemple est une illustration du Bikutsi tel que Govy le conçoit et le joue (le Bikutsi made by Govy: GOVIKUT SI) dont la base fondamentale est la rythmique sur fond de xylophone (Balafon: mendzan).

Bikut-chic est une illustration de tout le chic qui est contenu dans le bikutsi qui, en plus d’être une musique est un rythme, une danse et surtout une tradition d’un peuple: le peuple Bantou. Jusqu’à présent, plusieurs années après sa sortie, je n’ai pas encore lancé sa promo, car l’image est fondamentale pour la compréhension de cette œuvre contrairement aux autres. Il faut donc accompagner sa promo d’un bon clip, tant que le clip n’est pas encore à mon goût, je ne lancerai pas la promo. Vous comprendrez tout le moment venu… Je ne me précipite jamais.

Que dire du fameux tube Naya-Naya qui en 26 ans d’âge, vous fait toujours tourner lors de plusieurs occasions ?

« Naya Naya » est une belle histoire d’amour que je vis depuis 26 ans avec mon public. Le titre est sorti en 1988 et depuis sa sortie, il m’a permis d’avoir toutes les distinctions qu’un artiste peut souhaiter, sans compter les ventes, les spectacles, les chorégraphies des jeunes et des enfants dans les écoles; bref, que du plaisir. C’est le lieu et l’occasion pour moi de remercier le Seigneur qui m’a donné une si belle inspiration, ma famille qui m’encadre si bien et me donne un cadre merveilleux pour une inspiration spirituelle, les communicateurs comme vous mon cher Daniel, qui ont accompagné cette œuvre dans son exécution publique et surtout, ce merveilleux public dont les exigences nous obligent à être et a rester compétitifs.

Quand vous ne donnez pas des spectacles, que faites-vous de votre temps?

Ma carrière a souffert à un moment d’un problème d’organisation, car après mes études, il m’a fallu travailler et faire la musique en même temps. Je n’étais pas souvent disponible pour répondre aux nombreuses sollicitations du nombreux public. Ce qui me créait un grave préjudice dans la promotion de mes œuvres. Depuis un certain temps, je suis plus libre et plus disponible. Si bien que je réponds présent à chaque sollicitation. Depuis le début de l’année, j’ai donné une trentaine de spectacles. Je peux donc vous affirmer que je suis tout le temps en spectacle.

Mais comme vous l’avez demandé, quand je ne suis pas en spectacle, j’ai une vie normale comme tout le monde et je passe du bon temps en famille avec ma femme, mes enfants et mes frères et sœurs. Je suis consultant en informatique et je passe aussi le reste de mon temps avec mes ordinateurs et mes clients. Il ne me reste qu’à vous remercier du fond du cœur pour votre disponibilité. J’espère avoir répondu à toutes vos préoccupations qui sont aussi celles de ce public que j’aime et qui me le rend si bien. Je vous remercie…

C’est Cameroon-Info.Net qui vous dit merci Govy. Surtout, continuez à nous faire danser…

 

camernews-govinal-n-essomba

camernews-govinal-n-essomba