Musango voyage met la vie de ses passagers en danger

Les chauffeurs débarquent nuitamment les voyageurs à l’échangeur d’Ahala à Yaoundé, un lieu réputé dangereux à cause de la présence constante des agresseurs.

Les passagers en provenance de Buea le vendredi 7 août 2015 en ont eu pour leur compte. Et pourtant, ils avaient pris soins d’interpeller le chauffeur du bus sur les risques d’agression auxquels ils étaient exposés en quittant le véhicule à 1H du matin. C’était après un voyage qui semblait interminablement long. Car, le bus, d’un état technique douteux, a quitté la capitale régionale du Sud-ouest aux environs de 18h.
Arrivé finalement à Yaoundé à cette heure avancée de la nuit, le chauffeur du bus n’a pas jugé utile de débarqué ses passagers dans un lieu sécurisé, notamment la gare routière de Mvan dans la banlieue sud de Yaoundé. Les passagers, malgré de vives contestations, ont pratiquement été expulsés du bus dans un lieu obscur et lugubre situé non loin de l’échangeur d’Ahala, à deux kilomètres de la gare routière. «Chauffeur tu nous conduit où là ? On ne va pas descendre ! » Le chauffeur faisait la sourde oreille. Il a continué son chemin jusqu’au terminal « Musango Bus service ».

Les passagers fatigués et désemparés ont décidé de ne pas descendre du bus. C’est à cet instant que le chauffeur s’est enfin décidé à s’exprimer. «Si vous ne voulez pas descendre, dormez dans la voiture. On nous a interdit de laisser les passagers à Mvan ! » A-t-il lancé d’un ton hautain. Cette attitude a davantage suscité la colère des passagers. «Vous êtes méchants ! Vous avez bien que cet endroit est dangereux et qu’à cette heure de la nuit les taxis ne passent presque pas ici », a rétorqué un passager très énervé.
Fort heureusement, la présence d’un militaire et d’un gendarme ont passablement redonné l’espoir aux voyageurs désemparés. Les deux hommes ont proposé d’assurer la sécurité des passagers qui le désiraient, jusqu’à ce qu’ils s’engouffrent dans un taxi. Mais avant cela, ils ont tenu a avisé le chauffeur. «Si nous apprenons que quelqu’un a été agressé à cet endroit nous porterons plainte à l’agence.»
Mais, certains voyageurs encombrés par des bagages ont été contraints de passer la nuit au lieu de débarquement, en attendant le lever du jour pour partir enfin. L’épilogue malheureux d’un voyage très mouvementé.