Mowha Franklin Transféré Subitement À Bangangté?

L’organisation de défense des droits humains FFCI, Frontline Fighters for Citizen Interests, informe l’opinion nationale et internationale que son président national, M. MOWHA Franklin, vient d’être transféré subitement ce jour, aux environs de 15 heures ce 21 mai 2015, de la Prison Centrale de Bafoussam à la Prison de Bangangté. Il n’avait pourtant jamais demandé un tel transfert.

Bien au contraire, conscient du fait que la localité de Bangangté où il avait élu domicile s’avérait être le lieu de ses pires déboires professionnels en raison de l’hostilité constante des autorités publiques et traditionnelles à l’égard des organisations qui dénoncent les abus de droit commis envers les plus faibles, le président MOWHA avait adressé le mois dernier une lettre au Procureur Général dans laquelle il émettait le vœu de continuer à être jugé au tribunal militaire de Bafoussam.

Si on peut comprendre qu’habituellement les prisonniers souhaitent leur transfert dans le centre de détention le plus proche de leur famille, la décision de transférer M. MOWHA à Bangangté lui complique plutôt la vie dans la mesure où sa famille nucléaire avait, depuis décembre 2013, déménagé de Bangangté pour Bamenda où elle se sentait plus en sécurité du fait des actes de xénophobie dont elle a été victime.

Désormais, en plus de l’insupportable attente d’un procès qui traîne en longueur pour rentrer dans le fond, M. MOWHA devra faire avec un isolement plus accentué de sa famille. FFCI se demande si « on » ne cherche pas à le briser moralement, lui qui s’était taillé le sobriquet affectueux de « Droit de l’Homme » à la Prison centrale de Bafoussam.