Monde – États-Unis: Hillary Clinton investie par le parti démocrate pour la présidentielle américaine

C’est la première fois qu’une femme est choisie par un grand parti américain pour briguer la présidence américaine.

«C’est avec humilité, détermination et une confiance sans limites dans la promesse de l’Amérique que j’accepte votre nomination pour la présidence des États-Unis!», a déclaré Hillary Clinton jeudi soir à Philadelphie lors de sa nomination par le parti démocrate pour l’élection présidentielle du 8 novembre prochain. Une première pour une femme dans l’histoire politique américaine.

Assurant qu’elle serait «la présidente des démocrates, des républicains, des indépendants», elle s’est adressée dès le début de son allocution aux partisans de son rival de la primaire, le sénateur du Vermont Bernie Sanders «démocrate socialiste» revendiqué. «Je veux remercier Bernie Sanders. Et vous qui l’avez soutenu, ici et à travers le pays, je veux que vous sachiez que je vous ai entendus», a-t-elle déclaré devant les quelque 5000 délégués rassemblés depuis lundi à Philadelphie, en Pennsylvanie, rapporte l’AFP.

L’ancienne Secrétaire d’Etat n’a pas manqué l’occasion de décocher des flèches à son adversaire républicain, le milliardaire Donald Trump, qui a été investi la semaine dernière à Cleveland et qui veut sauver le pays «à lui seul». «Surtout, ne croyez pas quelqu’un qui dit: ‘Je suis le seul à pouvoir le faire’», a lancé l’ancienne chef de la diplomatie américaine. «Ce furent les mots de Donald Trump à Cleveland. Et cela devrait tous nous inquiéter». L’homme d’affaires «veut que nous ayons peur de l’avenir et que nous ayons peur les uns des autres», a-t-elle relevé. «Mais nous n’avons pas peur. Nous relèverons les défis comme nous l’avons toujours fait».

L’ancienne chef de la diplomatie américaine du Président Barack Obama a par ailleurs souligné qu’elle avait présenté une «stratégie pour vaincre le groupe État islamique». «Ce ne sera pas facile mais, croyez-moi, nous vaincrons», a-t-elle lancé. «Donald Trump dit, je cite ‘J’en sais plus sur le groupe EI que les généraux’. Non, Donald, tu n’en sais pas plus», a-t-elle tancé.