Moins de 20% des Camerounais utilise le Mobile Money pour régler leurs factures, selon CFAO

Bien que les avancées sur l’appropriation du paiement mobile soient notables au Cameroun au cours de ces dernières années, le pays dispose encore d’une marge de progression importante, pour atteindre les pays de même niveau, à l’instar de la Côte d’Ivoire. C’est du moins ce que révèle une étude que vient de publier le groupe CFAO, laquelle étude dresse «le portrait des nouveaux consommateurs africains», que l’on retrouve au sein de la classe moyenne du continent noir.

Selon cette enquête réalisée avec le concours de l’institut de sondage IPSOS et du cabinet de conseil Bearing Point auprès de 4000 familles au Maroc, au Cameroun, en Côte d’Ivoire, au Nigéria et au Kenya, «moins de 20%» des répondants au Cameroun évoque le mobile money comme mode de règlement de leurs factures. Les enquêtés sont pourtant «plus de 88% au Kenya» et «seulement 42% en Côte d’Ivoire» à utiliser ce moyen de payement. A en croire la même étude, le paiement mobile «reste anecdotique au Maroc».

Dans ce dernier pays ayant fait l’objet de l’enquête, et par extrapolation sur l’ensemble du continent africain, où «les hypermarchés et supermarchés sont considérés comme les garants de la qualité des marques internationales et sont fréquentés au minimum une fois par mois par 86% des répondants», les factures se payent davantage par cartes bancaires. En effet, fait remarquer l’étude de CFAO, 55% des Marocains utilisent des cartes bancaires, contre 26% de Camerounais, 17% d’Ivoiriens, 41% de Kenyans et environ 33% de Nigérians.