camernews-Tramway-Ethiopie

Mobilité urbaine : une ligne de Tramway prévu à Yaoundé

Mobilité urbaine : une ligne de Tramway prévu à Yaoundé

Le Cameroun est doté d’une stratégie qui, à l’horizon 2019, permettra de mettre en place des lignes-pilote de transport urbain de masse sur les itinéraires les plus chargés ; de bâtir autour de ces lignes, des plans de déplacements urbains ; et de doter chaque ville d’une autorité organisatrice des transports urbains.

Depuis la liquidation de la Sotuc, le Cameroun ne trouve toujours pas de solution concluante. L’essentiel du transport urbain collectif se fait en taxi et moto. Pour aller par exemple du Nord au Sud de Yaoundé, il faut parcourir 35 kilomètres.

Et les nuisances sont entre autres « la propension d’acquérir des véhicules personnels, les pertes de temps dans les embouteillages, l’insécurité croissante dans la circulation des personnes et des biens, et la pollution sonore et olfactive aux conséquences sanitaires on ne peut plus préoccupantes », à  en croire Amadou Ngounga Mouchili – coordonnateur du Comité de pilotage du projet de mise en place d’un système intégré de transport de masse au Cameroun au ministèrede l’Habitat et du Développement urbain.Actuellement, plus de la moitié des populations vivent en ville, notamment dans les 14 communautés urbaines.

Et c’est environ une demande de 14 millions de déplacements à satisfaire par jour, dans un contexte où l’offre de transport urbain est inadéquate et artisanale. En 2020, les 14 communautés urbaines de Yaoundé abriteront quelque 9 millions 500 mille habitants. L’objectif aujourd’hui est de trouver une alternative crédible et durable à l’offre actuelle de transport urbain, et de faire évoluer la répartition modale des déplacements en faveur des transports collectifs de masse.

Stratégie nationale

A court et à moyen termes, le Minhdu – le Ministère de l’Habitat et du Développement urbain projette de mettre en place des lignes pilotes de transport urbain de masse sur les itinéraires les plus chargés, bâtir autour de ces lignes des plans de déplacements urbains, et doter chaque ville d’une autorité organisatrice des transports urbains.

Pour maîtriser la demande en déplacements à long terme, le Minhdu médite d’organiser la ville des courtes distances, d’inciter et d’accompagner le changement de comportement des usagers. A Yaoundé, il est prévu une ligne Brt Nord-Sud de 23 km partant d’Olembé pour Ahala en passant par la poste centrale, une ligne tramway Est-Ouest de 21 km sur l’itinéraire Minkoameyos-Nkolbisson-poste centrale-Mimboman-stade Omnisports, et une ligne train urbain Olembé-Etoa sur 30km. A Douala, il est programmé trois lignes Brt sur les itinéraires Carrefour Douanes-carrefour Ndokoti-Pk 17 sur 17km, Carrefour Ndokoti-carrefour Mandela sur 4km, et Aéroport international- stade Japoma sur 14km.

A Bamenda, c’est trois lignes de bus conventionnel qui st dans le pipe pour une distance totale de 30km. A Maroua, la ligne de bus conventionnel partira du carrefour Para pour Barrière des pluies Dougoye, en passant par l’avenue Kakataré – itinéraire long de 10km. A Ngaoundéré, l’on parle de deux lignes de bus conventionnel sur 15km. Ce sont là les quelques modes de transport qui devraient être bâtis en synergie avec les plans directeurs d’urbanisme.

« Les résultats de toutes les actions programmées restent tributaires de l’engagement sans réserve des magistrats municipaux aux côtés du gouvernement », motive Amadou Ngounga Mouchili.

 

camernews-Tramway-Ethiopie

camernews-Tramway-Ethiopie