camernews-Nkosazana-DLAMINI-ZUMA

MME ZUMA APPELLE À UNE INTERVENTION URGENTE CONTRE BOKO HARAM

MME ZUMA APPELLE À UNE INTERVENTION URGENTE CONTRE BOKO HARAM

Les attaques très meurtrières de Boko Haram dans les localités de Baga au Nigeria et de Kolofata au Cameroun, ont provoqué la colère de la présidente de la Commission de l’Ua. Elle se dit prête à mobiliser la communauté internationale pour combattre  »le groupe terroriste ».

C’est à travers deux communiqués successifs que Mme Nkosazana Dlamini Zuma, la présidente de la Commission de l’Union africaine, a crié son ras-le-bol face aux  »attaques odieuses » de Boko Haram. Elle s’est dite « horrifiée par le récent massacre perpétré dans la ville de Baga, dans l’État de Borno, ainsi que dans un marché de Potiskum dans le nord-est du Nigeria, avec l’implication de femmes kamikazes, parmi lesquelles se trouverait une fille de moins de 10 ans ».

Dans le second communiqué, tout en condamnant l’attaque de la secte islamique dans le nord du Cameroun, la patronne de l’Union Africaine a félicité les forces armées camerounaises pour le  »revers infligé » au groupe terroriste à Kolofata. Le Dr Zuma a réitéré à ces deux pays, l’engagement de l’Ua à poursuivre sa collaboration avec eux, pour lutter contre la secte islamiste. Elle a promis de tout faire pour accélérer la mise en place de la force multinationale conjointe préconisée par le Conseil de paix et de sécurité de l’Ua.

La présidente de la Commission a aussi lancé un appel à l’ensemble de la communauté internationale afin qu’elle apporte son aide à tous ces pays qui sont dans le collimateur du groupe terroriste. Elle a souhaité une  »réponse africaine et internationale coordonnée » contre Boko Haram. A noter que cette réaction de Mme Zuma intervient suite au massacre par les intégristes nigérians, de plus de 2000 personnes la semaine dernière à Baga dans le Nord-est du Nigeria.

Avant le Dr Zuma, c’est le président camerounais Paul Biya qui est sorti de ses gonds pour fustiger la présence de certains chefs d’État africains à la grande marche de Paris contre le terrorisme le dimanche 11 janvier dernier, alors que son pays et le Nigeria voisin font face au même phénomène. La secte islamique fait feu de tout bois depuis quelque temps pour s’installer dans le nord du Cameroun. Mais, elle se heurte à une farouche résistance des forces spéciales camerounaises, notamment la Brigade d’intervention rapide (Bir), une unité d’élite de l’armée.

Les  »nihilistes » de Boko Haram qui veulent créer un califat (Etat islamique), contrôlent déjà quelque 20.000 km² au nord du Nigeria et cherchent maintenant à sanctUariser le nord du Cameroun, puis le Niger et le Tchad. S’ils parviennent à faire sauter le verrou camerounais, ils pourraient s’ouvrir la voie pour conquérir d’autres pays de la région et réaliser ainsi leur ambition de créer un Etat régi par la charia, la loi islamique.

 

camernews-Nkosazana-DLAMINI-ZUMA

camernews-Nkosazana-DLAMINI-ZUMA