camernews-Ekwalla-Essaka-Suzanne

Mme Veuve Essaka Ekwalla Essaka Suzanne, «Que le président Paul Biya parle aux Camerounais régulièrement»

Mme Veuve Essaka Ekwalla Essaka Suzanne, «Que le président Paul Biya parle aux Camerounais régulièrement»

La Reine déchue du Canton Déido est sortie de sa veille intellectuelle pour devenir une star des débats télévisés. Spécialiste en sociologie et sexualité politique, elle monte au créneau pour fustiger les gestions du pouvoir en Afrique et surtout appelé à une égalité de genre entre l’Homme et la femme qu’elle dit être un maillon important pour sortir l’Afrique de son retard. Mais aussi parle de son expulsion de la chefferie.

Plus d’un an après le décédé de votre défunt mari et Chef supérieur du Canton Deido où êtes-vous passée ?
Je suis au Cameroun, j’essaie de soutenir mes enfants, surtout que ma fille a des problèmes de santé. Lorsque son père était malade et bien avant même, elle était déjà très malade. Son père était celui qui l’a soutenait le plus avant que lui aussi ne tombe malade. Avant que que je ne revienne de France où j’étais aussi retenu pour des problèmes de santé, ils se soutenaient tous les deux. A mon retour, je les avais tous les deux avec moi, malade que je devais douloureusement soutenir, surtout avec la fragilité de ma santé. Et depuis la mort de son père, il y a comme une somatisation parce qu’elle était très liée à son père. A la suite de cet événement douloureux, elle a fait un an sans aller à l’école. C’est cette année académique qu’elle va entrer dans une université. Depuis que leur papa s’en est allé je me bats pour les soutenir tous les deux. Car il doivent désormais apprendre à vivre sans lui.

Vous aviez dit que vous n’étiez pas là vous étiez où ?
En 2003 je revenais de Yaoundé, j’ai été victime d’un accident grave où il y a eu des morts. J’en suis sortie quasiment morte et j’ai été évacué en France où pendant dix ans j’ai résidé pour des besoins sanitaires, et je ne revenais ici que de temps en temps. Tous les ans je passais sous les bistouris. Il faut dire que je suis totalement une personne reconstruite. Et pendant tout ce temps ils étaient très proches de leur père ce qui justifie qu’ils soient très affectés par le départ de leur père, surtout qu’ils n’ont pas été permis d’assister aux obsèques. Mais il commence à se remettre de cette situation.

Est-ce que vous avez fait le deuil de votre mari ?
Non. Je ne l’ai pas fait du tout, mais la réalité c’est qu’il n’est plus là. Certainement je le ferais un jour. Et lorsque je vois comment les chose vont à vau l’eau autour de lui pour un homme qui était épris de paix, même si souvent il poussait des gueulantes lorsque ça n’allait pas, il est resté un homme qui disait ce qu’il pense et ce qu’il voyait que cela n’enlève pas le fait qu’il soit un grand homme. Et lorsque je vois comment ça se déchire et ça se bat autour de son héritage spirituel, matériel. Difficile de faire son deuil dans une situation comme celle-là.

Sa communauté religieuse est aussi si ébranlée ?
Je n’en sais pas avec exactitude parce que je n’en fait pas partie, mais ce n’est pas impossible si je m’en tiens aux échos qui me parviennent. Il faut dire pour le côté spirituel dont je parle ce n’est pas que la religiosité. Le niveau spirituel ici concerne une certaine pratique dans la marche de la chefferie traditionnelle. A ce niveau là aussi j’entends des choses qui sont désolantes. Et à ce niveau là aussi tout simplement parce que les gens qui savent qu’il a laissé un testament ne serait-ce qu’oral, ont choisi de ne pas respecter les choses qu’il a prescrites. C’est terrible dans un contexte pareil, il est difficile de faire son deuil. Tant on fait son deuil dans la sérénité. Quand je pense que lors des obsèques officielles j’ai été interdite aux cérémonies, je me dis je ferais certainement mon deuil.

Votre déception c’est le fait que ses volontés n’auraient été respectées sur le plan de sa succession ?
Sur le plan de son héritier je ne suis pas sûr de ce qu’il a laissé comme testament. Je sais quand même que les Deido comme les Sawa et le reste de la communauté ont des us et coutumes à respecter. Lorsqu’il y a ces traditions qui n’ont pas été respectées, lorsque le futur héritier est couvert de fautes, commises intentionnellement, il y a une autre façon de faire pour qu’il hérite le trône tout de même. Il faut qu’il subisse une certaine purification. Et lorsque celle qui engendre le successeur est entachée aussi de pas mal de choses qui peuvent être accompagnées de malédictions, pour sa progéniture, je pèse mes mots, c’est énorme mais je le dis, parce qu’ils le savent et tout Douala le sait cela devient handicap pour le fils qui hérite du trône. C’est quand même le fils de mon mari, il s’est qu’il mérite de succéder au trône comme tout fils d’Essaka Ekwalla, mais qu’est-ce qui est fait pour que cette purification soit faite et que son règne se déroule sans anicroche ? Je n’en sais rien. J’observe les faits, et ce qui est factuel est visible. Mais si les choses ne s’énoncent pas clairement c’est normal que les choses aillent en vrille comme c’est le cas.

Depuis quelques mois vous êtes devenue une vedette des débats télévisés
Je m’accroche à ce que valait cet homme avec qui j’ai vécu 26 ans. Pour moi c’était un grand homme intellectuellement et spirituellement parlant. Pour moi je pense que c’est assez suffisant pour que cela serve de balise dans ma vie intellectuelle, même dans mon patriotisme, parce que c’était un très grand patriote. Cela va audelà de l’abstraction, je peux faire cela parce que je ne suis pas née d’une famille pauvre matériellement parlant. Moi-même je pense que je peux me battre comme j’ai commencé à le faire. Quand aux richesses on laisse tout cela après notre mort, mon père à laissé pleines de choses. Lui qui est parti à certainement laissé un patrimoine. Personne n’emporte rien. Pour moi ce n’est pas cela le plus important, le plus important c’est la valeur intrinsèque de l’homme. Je souhaite tout simplement que mes enfants se souviennent de lui comme un grand homme et tout ce qu’ils fait faire tendent à dépasser ce que leur père a fait. Lorsque je parle de mes enfants je parle des enfants que j’ai élevé sous le même toi ou que j’ai adoptés lorsque je vivais avec lui. C’est pourquoi, moi j’essaie de faire perdurer son action. Par exemple lorsque je fais les débats télévisés, j’utilise mon nom de jeune fille et lorsqu’il était vivant je portais son nom. Depuis qu’il est mort lorsque j’assiste à ce que j’assiste là, moi je me suis promis qu’on ne l’oubliera pas tant que je vivrais. J’essaie de faire ce que j’ai fait de mieux avec lui, la vie intellectuelle. J’ai pensé que mon époux n’étant plus là que la voix du couple Essaka Ekwalla Essaka ne s’éteigne pas. D’ailleurs, il me l’a demandé sur son lit de mort. Si cela m’apporte une certaine notoriété tant mieux cela fait au moins qu’on m’écoute moi. Même si je préfère mille fois qu’on écoute ce que je dis que de me regarder. Au lieu qu’on ait un dépit pour ce que je dis et qu’on lance mais qu’estce que la reine dit.

Pourquoi on vous présente plus avec votre nom de jeune fille alors que vous dites vouloir pérenniser un héritage intellectuel ?
Je n’ai rien demandé moi. Celui qui m’entraine à la télévision, c’est un journaliste qui m’a rencontré 15 ans avant dans mes activités politico-associatives. Je crois que ceux qui le mettent, ou me présente sur le plateau c’est par embarras. Ils ne savent pas s’ils doivent me présenter comme la veuve ou comme la reine déchue. Et entre mon défunt mari et moi, il y a des liens indéfectibles que personne ne peut effacer même si je me remariais, ces enfants sont mes enfants. Mêmes si je venais à en faire d’autres. Le plus important n’est pas le ou les titres, le plus important ce sont les idées que je véhicule. Ce mari qui est parti, je dois vous dire que j’ai grandi pratiquement entre ses mains. Il m’a prise j’avais à peine 17 ans. C’est dire qu’il m’a vue devenir une vraie jeune fille, une jeune femme et une femme ensuite. Je dois dire que des deux hommes qui ont le plus compté dans ma vie, il est celui qui a le plus vécu avec moi. Il m’a appris pas mal de choses et je me dois de lui donner en retour, ce qu’il aurait attendu et aimé que je fasse.

La télévision t’a faite découvrir sous un autre jour, autrement que celle qui a longtemps vécu à l’ombre de son époux comme une simple ménagère…
Peut être, mais mon défunt mari ne m’a jamais embrigadée, j’ai toujours été intellectuellement à ses côtés, notamment dans toutes ses entreprises et il aimait bien que je l’accompagne même dans les réunions réservées aux hommes. Parce que j’étais une épouse à la tête bien pleine et bien faite. Cela que je suis restée même après son départ. Parce qu’il faut dire que j’arrive chez lui je faisais Première. Il me dit que je ne peux plus fréquenter parce qu’il faut que je fasse des enfants. Mais moi qui avais la détermination d’être la fille que mon père avait toujours rêvé, je vais préparer mes examens à la chefferie et j’aurai la chance de les réussir. C’est ainsi que je poursuis les études supérieurs à L’université de Yaoundé, puis à Nsoa où je fais deux années de droits pour finir avec une licence en sociologie politique à l’Université de Yaoundé I. C’est alors que survient cet accident qui a failli m’emporter. Et lorsque je suis en France, après mes soins les médecins veulent m’envoyer en asile pour la rééducation, c’est alors qu’ils se rendent compte lors de nos échanges que je suis bien structurée et ont fini par s’accorder pour une rééducation intellectuelle. C’est ainsi que je vais faire la Sorbonne, mais je ne finirais pas le cursus pour des raisons environnementales. C’est alors que je vais virer en sciences sociales à Paris, où je vais faire un troisième cycle en genre, politiques et sexualités. C’est pour cela que je dis que je suis spécialiste en genre et sexualité politique s’entend. Et maintenant, je me suis inscrite en cycle Doctorat en sciences politiques, j’espère en finir dans les mois à avenir

A vous écouter, vous voulez prendre votre revanche dans la défense des femmes pour qu’elles ne soient plus simplement femmes au foyer.
Il faut voire les choses autrement. Je n’ai pas été pour mon mari une femme embrigadé au foyer. Ce que je lui ai apporté j’en suis fière parce que cela l’a aidé à construire la société Sawa. Pendant tout son règne il a été le chef qui a levé les femmes. Et lorsqu’il était président du Ngondo ou non il a été une référence. Je crois que j’y étais pour beaucoup dans la conception et la mise en oeuvre de ses projets. Et puis, il faut dire que je n’étais pas toujours femme au foyer puisque j’ai travaillé à mon propre compte comme opératrice économique, en qualité de promotrice avec des Pme. Cela me permettait de subvenir à mes besoins, de m’occuper de mes enfants et de mon mari. Par ailleurs j’ai été beaucoup dans les associations de femmes. Il y en que j’ai gérées, certaines où j’étais coordinatrice et d’autres où j’étais marraine. J’ai même été initiatrice du mouvement des femmes du grands Sawa à l’image de ce qui se fait dans le Sud-Ouest. C’est beaucoup d’activités qui n’est pas rien à côté d’aller toujours travailler le matin dans un bureau. D’ailleurs, cela ne m’a pas valu que des admirateurs au contraire. Quant à mon mari je pense que je l’ai laissé faire parce que la chefferie est une sorte d’institution qui est encrée dans la tradition et qui parle tradition elle est par excellence misogyne. Mais mon époux était féministe sur les bords. Il me consultait même ouvertement contre l’avis de ses notables.

Qu’est-ce que vous avez laissez comme oeuvre de cet assistance de votre époux ?
Je ne peux pas avoir car ça peut être diffus. Mais des fois les femmes Sawa m’appellent pour me dire que j’étais en avance par apport à mon temps. Il y a des femmes qui ont des Ong qui m’appellent pour me remercier en m’avouant que « c’est grâce à ce que tu as fait ». Le plus important pour moi c’est qu’aujourd’hui ont compris le savoir se mettre ensemble pour défendre les idées et le point de vue féminin. Parce que lorsque je vois le nombre de femmes qui sont vouées au silence c’est pour moi quelque chose de scandaleux. Ce dynamisme a été même mis en exergue par la presse. Il y a une fois les journaux qu’on avait qualifiés à tort ou à raison de la sainte trinité avait indiqué dans une simulation du gouvernement que je vais être nommée ministre de la Condition Féminine. Une réduction de la femme que je n’aime pas. Mais cela à fait jaser au point que les chefs Sawa ont appelé mon époux pour lui demander pourquoi il peut accepter ça. Embêté, il répondait que ce n’est que les élucubrations de la presse. Cela posait un problème pour mon mari qui prônait le rassemblement et l’unité des chefferies traditionnelles. C’est ainsi qu’il a été à la création des associations des chefs traditionnels au niveau local et même national où il a occupé le poste de 1er vice-président national. C’est dire que mon activité intellectuelle était en grande partie consacrée à mon époux.

Cette activité intellectuelle qui était en veilleuse du vivant de votre époux à resurgi et ceci dans les grands débats de politiques internationales qui vous passent une personne qui a des ambitions politiques..
Oui j’ai des ambitions politiques mais à l’international. Lorsque les téléspectateurs appellent des pays étrangers pour dire qu’il admire mes positions et mon argumentaire sur les questions panafricaines, je suis heureuse de savoir que mon regard sur la géostratégie africaine porte. De même que lorsque l’on apprécie mes interventions dans les forums et séminaires dans les pays francophones m’amène à comprendre qu’intellectuellement j’apporte quelque chose de positif. Je me dis que mes idées resteront plu que si j’avais construit les villas. Je ne suis même pas sûre que mes héritiers les conserveraient, peut-être ils seraient battus pour les dilapider. Je ne sais pas comment cela finirait, mais au moins je sais que les idées ne meurent jamais. A un colloque au Congo : «les feux de Brazza», un journaliste m’a abordé et m’a avoué qu’il admirait mes contributions lors des débats télévisés et qu’il se couche tard pour m’écouter jusqu’à une heure du matin. J’ai fais beaucoup de choses dans ce pays, et je continue à en faire, on le sait. Certaines avec la couverture de mon mari et aujourd’hui qu’il n’est plus là plusieurs sont en train de mourir. Si vous allez aux archives de la Crtv, Rfi ou même ailleurs vous allez trouvez des interviewes de moi.

Comme les marches pour demander le départ des allogènes
Je peux aussi citer ces marches de protestation que j’ai faites avec mon mari. Je les assume entièrement à la mémoire de mon défunt mari. Mais il est important de préciser que ce n’était pas ainsi que c’était déclinée cette marche. C’est la métaphore donnée par la presse. On a dit que les allogène reconnaissent qu’ils ont un chez eux et qu’ils respectent les règles du vivre ensemble. En revanche que les autochtones sachent aussi qu’il y a des allogènes avec lesquels ils sont appelés à vivre dans le strict respect du vivre ensemble. Et que si eux ne savent pas qu’ils sont chez eux doivent prêcher par l’exemplarité de leur comportement, alors qu’ils n’attendent pas que les allogènes où étrangers se comportent autrement. J’ai marché pendant les villes mortes pour protester contre l’embrigadement des enfants par des politiciens ; j’ai marché contre la grève de la faim. Et j’ai marché pour l’intérêt politique des populations. J’ai interpellé le gouvernement et cette activité dure depuis 15 à 20 ans. Malheureusement, mes interpellations n’ont jamais été prises en considération. Mais si on me consulte, je dirais ce que je pense. Je suis pour la liberté de pensée et la liberté de parole que je réclame. Parce que sans liberté et sans débat contradictoire on ne se construit pas, on ne se renouvelle pas. Quand je dis des choses ce n’est pas parce que je suis contre X ou Y. Je rêve que nous construisions quelques de solide pour les générations futures.

Vous vous battez beaucoup pour le genre et la parité homme-femme
Je corrige, je fais des recherches par rapport à l’égalité des droits entre hommes et femmes. On parle de parité lorsqu’il s’agit de représentativité entre la femme et l’homme Mais je me bats beaucoup plus pour la méritocratie de toutes les classes. Le tout n’est pas les diplômes pour ce qui est de l’expertise, ce sont la volonté, le savoir faire qui devraient compter. Je peux même aller plus loin en demandant que pour aller à la parité il faut installer une discrimination positive, en valorisant les femmes qui ont été délaissées. Parce que les femmes sont frappées par l’oubli. Vous ne pouvez pas partir dans le panthéon de la vie politique camerounaise et trouver dix femmes. Lorsque vous allez dans la chefferie traditionnelle on vous parle moins des femmes. Elles sont ravalées loin en arrière plan. Pourtant elles se sont toujours battues. Regard à la chefferie du Canton Deido, on m’a foutue à la porte, et la mère du chef actuel se bat pour son fils. Je veux que l’histoire rétablisse l’injustice dont ont toujours été victimes les femmes. Et qu’on mette en exergue les femmes, tout en reconnaissant leurs mérites.

Pourquoi pour porter ce combat vous n’avez pas milité dans un parti politique ?
Parce que, je parle des femmes du Cameroun et toutes les femmes du Cameroun, je suis foncièrement laïque même si je peux être de la majorité présidentielle. Mes valeurs sont la laïcité, c’est très important. J’anime une Ong qui est en train de s’implanter en Afrique et qui à l’ambition de s’implanter dans le monde qui s’appelle «Conscience féminine dans le monde». C’est pour montrer que pendant longtemps on a mis à l’écart la femme, on n’a pas voulu montrer qu’il y a une prise de conscience progressive des femmes. Et lorsque les femmes sont aux affaires dans le monde, la société avance. Des exemples sont légions. Je me bats pour le Cameroun, je me bats pour l’Afrique, je me bats pour les femmes du monde. Si j’entre dans un parti politique je me sentirai embrigadée et je serai partisane ce que je ne fais pas. Je voudrais voir prendre fin cette mise à l’écart des femmes qui sont démographiquement plus nombreuses mais curieusement sur les listes électorales elles sont moins nombreuses que les hommes. Parce que le combat consiste à arriver à la théorie : « une femme, une voix » parce qu’elles sont un poids électoral qui peut déterminer les résultats des élections dans un pays si elles sont bien mobilisées.

Vous insinuez que le régime du Renouveau comme la plupart des régimes africains à échoué dans cette égalité dans le genre ?
Tout à fait. Cet echec est énorme. Le parti qui va travailler dans ce sens est le parti qui va avoir le plus grand nombre des femmes et pourra faire basculer les élections. Parce qu’avec 51 à 52 % de femmes, celles-ci pourraient déterminer le choix des futures dirigeants dans nos pays. Quand bien même la candidate serait une femme. Ainsi elles pourraient faire valoir leurs aspirations. C’est cela le but recherché.

Au Cameroun pourquoi les collaborateurs du chef de l’Etat ne l’ont pas aidé dans ce sens.
Parce que les hommes du pouvoir ne travaillent auprès du président que pour leurs intérêts individuels. Ils n’aident pas le président de la République. C’est pourquoi il n’y a pas de cap à fixer au Cameroun. Le président Paul Biya a invité les Camerounais à s’engager pour l’atteinte de l’émergence en 2035, mais j’ai toujours dit que cela semble un objectif creux, parce que personne ne vous dit ce que c’est que l’émergence et ce qui concourt à cette émergence. Nous avons jusqu’ici des politiques économiques rentières. Nous n’avons aucun tissu industriel. Nous ne produisons quasiment rien, nous consommons simplement. Dans les années 80 on avait un début de tissu industriel et depuis 2 000 on importe tout.

Et pour vous quelle est la solution potentielle ?
Il faut que le président de la république, Paul Biya nous parle. Il ne serait pas le premier et il n’inventerait rien. Ailleurs, les présidents s’adressent à leurs peuples dont ils tirent leurs légitimités régulièrement (au moins deux fois par semaine) pour fixer le cap et leur dire tout le temps le chemin parcouru et en appelle aux efforts concrets qu’il attend de son peuple. Au Cameroun, les hommes du pouvoir brillent par leur flagornerie et leur appétit. Et le chef de l’Etat ne les sanctionne pas. Parlant de sanctions, le tout n’est pas de les mettre tous en prison. On voit qu’il n’y a pas de solidarité dans le gouvernement. Les plus proches collaborateurs du Chef de l’Etat se chiffonnent sous son regard sans qu’il ne fasse rien. Quant à Boko Haram je ne sais pas où on va, entre les mécontentements, et les ambitions de succession. Tout le monde est presqu’ «haramisé»

Quel est le vrai visage du Boko Haram au Cameroun ?
Le Boko Haram au Cameroun est un vase qui contient des intérêts hétéroclites et divergents. Mais ils se mettent ensemble parce que les uns se servent des autres et vice versa. Tout ce qui est occidental est un pêché, de l’autre c’est le halal qui défend l’idéologie selon laquelle tout ce qui est islamique est une vertu. Ce qui est vrai, c’est que le concept Boko Haram vient du Nigéria. Ce nom a été importé. Mais, il y a une internationale djihadistes qui existe et qui l’a révélé, c’est Al Qaïda. On sait bien que depuis une dizaine d’années les islamistes purs et durs à l’instar des frères musulmans en Egypte et ailleurs on décidé que le monde sera islamisé. Ils sont une certains idéologie qui voudrait que c’est la charia qui gagne le monde. C’est de cette idéologie dont s’est inspirée Boko Haram du Nigéria. Et le Cameroun leur servait de base arrière et de zone de ravitaillement. Jusqu’à très récemment le Cameroun n’était pas concerné. Mais il y a un complot de déstabilisation du Cameroun, par les puissances occidentales, parce que Paul Biya est une bête politique et un homme d’Etat pas facilement malléable. A cet effet, il est un caillou dans la chaussure de la France. Alors il fallait chercher un cheval de Troie et le Boko Haram était tout indiqué. Qui sont ceux qui sont utilisé dans le Boko Haram camerounais ? Ce sont ces bandits qui s’étaient illustrés comme coupeurs de routes que l’armée avait réussi à mettre quasiment en déroute et qui se sont reconstruit avec le soutien d’une aile du Boko Haram originel qui vient du Nigéria Et il y a les politiciens de tous bords qui rêvent arriver au pouvoir par tous les moyens. Et la France veut profiter de cette nébuleuse pour atteindre ses objectifs sans faire preuve d’ingérence. Afin de faciliter tous ces activistes qui animent la contestation dans la diaspora et internet pour demander le départ du président Biya. Parece que eux ont déjà vendu le Cameroun aux occidentaux en signant les contrats pour l’exploitation sauvage de notre sous sol dès leur éventuelle prise de pouvoir.

C’est dire que vous ne croyez pas à ces enlèvements des otages ?
Maintenant on commence à assister à de vrais enlèvements. Il faut intégrer que c’est une source de financement énorme. Parce que c’est le mode opératoire de certaines cliniques obscures de l’occident lorsqu’elles veulent ternir l’image du régime au pouvoir. Afin d montrer que nous avons un chef de l’Etat indécis et inactif du fait de son âge. Et ainsi, les Occidentaux parviendraient à installer leurs pions. Même en Europe les Chef d’Etat sont les suppôts des Ripe et des puissances financières. Vous savez que le Golfe de guinée (qui pour eux s’étend du Sénégal au Gabon) est un maillon stratégique des Etats-Unis pour reprendre le contrôle de l’Afrique.

Comment entrevoir une alternance au moment où on s’achemine ver une éventuelle fin de règne ?
J’ai l’impression que le président Biya n’est pas fidèle à sa feuille de route. Il ne se prononce pas sur le chemin parcouru et laisse penser qu’il dort. C’est pour cela que je ne cesserai de demander qu’il nous parle, qu’il nous dise où il mène la barque. En tout cas moi je suis pro Biya jusqu’à la mort, mais j’ai peur qu’après lui ce sera le déluge. Et tout cela parce que les collaborateurs du chef de l’Etat ne l’accompagnent pas dans la réalisation de ses engagements. Il est mal servi par ces derniers. Il devrait sanctionner, parce qu’il devrait sortir par la grande porte, il devrait gagner la guerre contre Boko Haram.

Le défunt chef du Canton Déido a soutenu et servi ce régime ; est-ce qu’en retour il a reçu à la hauteur de son investissement ?
Ce que je peux dire c’est qu’à un moment donné le Canton Déido était celui qui avait le plus grand nombre de ses fils dans les postes du gouvernement et de l’administration. Es-ce que c’était par l’influence de mon mari, c’est possible. Mais moi je suis de la méritocratie. On peut être Déido, on peut être de n’importe quelle tribu, mais lorsque vous êtes incompétents vous devez être démis de vos fonctions. Déido n’a que ce qu’il mérite. Ceux qui étaient là le mérite et ceux qui ne sont pas là ne l’ont plus mérité à un moment donné.

 

 

camernews-Ekwalla-Essaka-Suzanne

camernews-Ekwalla-Essaka-Suzanne