camernews-lom

Mise en eau partielle du barrage de Lom Pangar au Cameroun : le satisfécit des bailleurs de fonds

Mise en eau partielle du barrage de Lom Pangar au Cameroun : le satisfécit des bailleurs de fonds

Le 27 novembre 2015, une délégation des bailleurs de fonds du projet de construction du barrage de retenue de Lom Pangar, en construction dans la région de l’Est du Cameroun, a effectué une nouvelle descente sur le site du projet. Il était question pour ces pourvoyeurs des financements d’évaluer le niveau d’avancement du chantier, deux mois après sa mise en eau partielle intervenue le 26 septembre 2015.

«Il y a eu énormément de travail accompli. On en veut pour preuve la possibilité de faire la mise en eau partielle au mois de septembre. Ç’a été une énorme réussite. Le travail effectué entre juin, juillet et août a été phénoménal. Mais, il reste encore beaucoup de travail. Cependant, nous sommes confiants quant à la réussite des activités restantes dans les délais, parce que les parties prenantes ont déjà montré des capacités à pouvoir tenir ces délais-là», a confié Stéphane Garnier, expert en énergie à la Banque mondiale.

Christine Robichon, l’ambassadrice de France au Cameroun, qu’accompagnait le directeur de l’AFD dans le pays, s’est simplement dite impressionnée par l’immensité du chantier. «C’est le plus grand chantier que je visite depuis mon arrivée au Cameroun», a déclaré la diplomate française, avant d’ajouter : «ce barrage n’est pas encore achevé, mais il joue déjà partiellement le rôle auquel il est destiné».

L’étiage 2016 en ligne de mire

En effet, la mise en eau partielle du barrage de Lom Pangar en septembre dernier, a-t-on appris, a déjà permis de retenir 3 milliards de m3 d’eau à la date du 24 novembre 2015. Cette eau sera progressivement lâchée dès le mois de décembre 2015, à la demande d’Eneo, le concessionnaire du service public de l’électricité dans le pays ; afin d’assurer la régularisation des débits sur le fleuve Sanaga.

Selon Electricity Development Corporation (EDC), le maître d’ouvrage du projet Lom Pangar, cette régularisation permettra de gérer l’étiage 2016, en augmentant de 70 MW, sans investissements additionnels, la production des centrales d’Edéa et de Songloulou, dont les capacités s’amenuisent généralement pendant la période d’étiage, caractérisée par la baisse du niveau des eaux dans les barrages réservoirs du pays (Mape, Bamendjin et Mbakaou).

Construit par la société chinoise CWE, le barrage de Lom Pangar, qui sera livré en juillet 2016 avec une capacité de retenue finale de 6 milliards de mètres cubes, est financé par l’Etat du Cameroun, la Banque mondiale, l’AFD, la BEI, la BAD et la BDEAC. Il est prévu la construction d’une usine de production au pied du barrage, d’une capacité de 30 MW, afin d’électrifier de nombreux villages de la région de l’Est.

 

camernews-lom

camernews-lom