Menace de suspension contre la Fécafoot

La Fifa annonce cette sanction si de nouveaux dirigeants ne sont pas élus d’ici le 30 septembre prochain.

Le Comité de normalisation s’en était remis à la Fifa. En rappelant que le Comité exécutif de la Fifa a donné jusqu’au 30 septembre pour assurer l’adoption des textes et l’élection des nouveaux dirigeants, le SG/Fifa, Jérôme Valcke, a pris note du nouveau chronogramme et annonce une probable suspension de la Fécafoot en cas d’échec.

Joint au téléphone par CT, François Dikoumé, arbitre au Tribunal arbitral du sport explique qu’on « ne peut pas aller au-delà des lois d’un pays. C’est du chantage. Je crois qu’il y a des dispositions que le T.A.S avait imposé au Comité de normalisation qui, si elles n’ont pas été respectées, peuvent toujours être attaquées. De toutes les façons, si la Fifa suspend le Cameroun et que l’affaire est portée au T.A.S, le tribunal est à même de revenir sur cette suspension », rassure-t-il.

Le 21 juillet dernier, dans une correspondance adressée à la Fédération internationale de football association, Joseph Owona, le président du Comité de normalisation de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), revenait sur une décision de la Chambre de conciliation et d’arbitrage du Comité national olympique et sportif du Cameroun. Cette dernière annulait  l’assemblée générale d’adoption des textes de la Fécafoot (Statuts et code électoral) du 2 juin dernier en raison du rejet de certains délégués (35% de votes) et de leur recours auprès de ladite chambre. La Fécafoot proposait également un nouveau chronogramme de ses activités. D’après ce dernier, l’AG d’adoption des textes est prévue pour le 5 août prochain.

Mardi 28 juillet, dans un courrier daté du 27 juillet, la Fifa, par la plume de Jérôme Valcke, se dit perplexe face au « déroulement des événements puisqu’il s’agit de la deuxième annulation de l’adoption de nouveaux statuts après la première tentative en août 2014. Nous avions pourtant compris que les différents amendements souhaités par certains acteurs du football avaient été pris en compte », peut-on lire dans la lettre. Et pour Jérôme Valcke, ce rejet des délégués ayant voté contre et leurs recours systématiques à la CCA, notamment sans avoir épuisé les voies internes comme le préconisent les statuts actuels de l’association, « entrainant des décisions répétitives d’annulation par la dite Chambre, laissent entendre un obstructionnisme difficilement compréhensible », poursuit le document. Comme quoi, on est loin de l’accalmie.