MÉDAILLE DE LA VAILLANCE ET AUTRES DÉCORATIONS, PAUL BIYA MET FIN À LA POLÉMIQUE

Le chef de l’Etat a signé plusieurs décrets ce 20 avril 2015 afin d’encourager tous les corps de l’armée engagés dans la lutte contre Boko Haram.

La Une de Cameroon Tribune de ce mardi matin est tout un symbole. Elle représente un groupe de militaires en treillis et casques commandos vissés sur le crâne, le sourire au lèvre. Cette image qui donne le baume au cœur des lecteurs est significative à plus d’un égard. Car si “Les forces de défense sont encouragées” comme le laisse entendre le titre en surimpression, la meilleure formulation aurait sans doute faire référence au soulagement. Soulagement à la fois dans les casernes et au Palais de l’Unité.

Le fait est que la centaine d’hommes à qui le président de la République a décerné des médailles honorifiques est précisément de tous les corps de l’armée c’est-à-dire des personnels appartenant à la gendarmerie, à l’armée de terre et à l’armée de l’air, des personnels effectivement engagés dans la guerre contre Boko Haram. Une précision qui vaut son pesant d’or !

Il n’est pas exagéré de dire au vue du contexte que le président Paul Biya a rééquilibré la balance après les décrets qu’il a pris il y a quelques semaines pour récompenser exclusivement les hommes de son unité d’élite, le Bataillon d’intervention rapide (BIR).

La médaille de la vaillance qui a été accordé aux soldats et officiers du BIR a selon des rapports de presse, suscité des remous au sein des autres corps de l’armée dont les hommes font également parie des cibles des insurgés nigérians. Le parti pris du président de ne récompenser que cette unité a ressuscité de vieilles rancœurs au sein des forces de défense nationales qui se plaignent depuis plusieurs années de la paupérisation de l’ensemble des départements de l’armée au seul bénéfice des éléments de la Garde présidentielle et plus tard du BIR.

Il ressort à la lecture des différents décrets de Paul Biya que les critères de sélection ont été clairement identifiés puisque les récipiendaires sont classés en fonction de batailles menées sur le terrain. On note que les personnes qui méritent la reconnaissance de la Nation se sont battues entre autre à Kamouna (le 25 juillet 2014), à Assighashia et à Double (le 28 décezmbre 2014), à Asshigashia (le 29 janvier), à Gozdavreket (04 février 2015) à Tolkomari (le 21 février 2015), ont essuyé une explosion de mine sur l’axe Kolofata-Asshigashia (le 13 décembre 2014), sur l’axe Asshigashia-Zlevet (16 décembre 2014), etc.

Autre remarque, à peu près tous les grades de l’armée ont été récompensés. De ce point de vue, on note une forte proportion d’officiers généraux, de colonels et d’officiers notamment pour ce qui est de l’attribution de la Croix de la valeur militaire du Cameroun. Parmi les généraux primés, citons le général de division Baba Souley, les généraux de brigade Mahamat Ahmed, Elokobi Daniel Ndjock, Jean Calvin Momha.