camernews-Chefferie-Dschang

MAUVAIS VENT POUR DES CHEFS TRADITIONNELS DE L’OUEST.

MAUVAIS VENT POUR DES CHEFS TRADITIONNELS DE L’OUEST.

Le verdict de deux ans de prison avec « sursis » infligé au chef supérieur des Bamendjou s’ajoute aux démêlées judiciaires du chef du groupement Batchingou.

Le verdict de l’affaire opposant le chef des Bamendjou à l’un de ses sujets le 18 décembre 2014 a été rendu par le Tpi de Bafoussam. D’après nos confrères de la Nouvelle expression, « le tribunal de première instance vient de lui infliger une cinglante condamnation ». Cité pour une affaire de parcelle de terrain qu’il se disputait avec l’un de ses sujets, Philippe Rameau Sokoundjou est condamné selon nos sources à deux ans d’emprisonnement avec surpris, assortis du paiement de dommages et intérêts qui tournent autour de 26 millions de francs Cfa.

Il en est de même de six de ses enfants qui comparaissaient dans le cadre de la même affaire qui avait entraîné d’importants dégâts matériels. Joint hier au téléphone, Philippe Rameau Sokoundjou s’est voulu serein. « Je vous ai toujours dit que les médias camerounais se ridiculisent. Je laisse le soin au public d’en juger ! Je suis un citoyen comme les autres devant la loi mais le ridicule, c’est que c’est une honte quand je suis ce que vos confrères écrivent ». Il ajoute par ailleurs : « Vous m’appelez quand je suis chez moi, je me promène partout ».

A la question de savoir s’il n’y a pas finalement péril sur les chefferies, le roi des Bamendjou s’est voulu rassurant. « Quant à ma personne, j’ai déjà fait toutes les prisons du Cameroun. C’est cela qui a même contribué à ma renommée. Toutefois, je dois dire que les faits sont sacrés ! Une deuxième ou troisième fois ne serait pas de trop ». Le chef Batchingou, André Flaubert Nana est, lui, accusé d’être à l’origine des affrontements sanglants qui ont opposé des membres de son groupement à ceux du village Batcha. En effet, lors de la 5e édition du festival culturel Batchingou dénommé «Nga’chu 2014» qui s’est déroulé du 13 au 15 novembre derniers, les athlètes ont été pris dans des affrontements entre des bandes armées venues du groupement Batcha ,dans le Haut-Nkam, et Batchingou dans le Ndé.

Le chef du groupement Batchingou était alors en détention préventive à la délégation régionale de la police judiciaire de l’Ouest pendant une dizaine de jours. Selon les sources policières, l’enquête sur cet incident est déjà bien avancée et le dossier en voie d’être remis au tribunal pour jugement. Ce chef est aux portes de la prison pour incitation à la violence ayant causé une mort d’homme et autres délits. Depuis plusieurs années, les groupements Batcha et Batchingou se disputent le mont Batchingou qu’ils considèrent, chacun, comme une propriété.

 

camernews-Chefferie-Dschang

camernews-Chefferie-Dschang