camernews-marche-boko-haram-dla

On a marché contre Boko Haram à Douala !

On a marché contre Boko Haram à Douala !

La manifestation s’est déroulée dimanche matin 1er Fevrier 2015 dans les artères du 1er arrondissement.

Le matin du 1er février 2015, les rues de l’arrondissement de Douala 1er ont été envahies par environ 500 personnes. Elles manifestaient contre les attaques de la secte islamiste Boko Haram et clamaient leur soutien aux forces armées camerounaises en guerre contre les terroristes dans la région de l’Extrême-Nord.

Partis du quartier Bali, les manifestants ont battu le pavé en brandissant des pancartes sur lesquelles l’on pouvait lire par exemple : «Je suis Cameroun, Je suis Paul Biya, Je suis BIR». Ils ont ainsi défilé à travers le quartier administratif Bonanjo et le centre commercial Akwa de 8 heures à 11 heures 45 en reprenant le refrain de l’hymne national et des chants patriotiques et au rythme de la fanfare qui les accompagnait. La marche a été soutenue par la deuxième région militaire qui a mis à la disposition des organisateurs une ambulance.

Pour l’initiateur de la marche, le dirigeant sportif Jean Hubert Boaesen, il est question de soutenir le Président de la République et les forces de défense camerounaises dans la guerre contre Boko Haram. «Cette marche est liée à la déclaration de guerre faite par le Président de la République, Paul Biya, en mai 2014 à Paris. A partir de ce moment, toutes les forces doivent se mobiliser pour mettre hors d’état de nuire la secte Boko Haram, car la paix n’a pas de prix», explique le président de l’Association de Ju-Jitsu self defense (Ajscam) placée sous la tutelle de la Fédération camerounaise de Karaté. L’Ajscam n’était pas seule dans l’opération de dimanche. Elle était accompagnée par des associations des handicapés, de femmes et de personnes âgées.

Après l’événement du 1er février, Boaesen est plutôt content. «Je suis satisfait moralement et physiquement. Nous n’avons pas cette habitude au pays de manifester même quand on est content», dit-il tout en souhaitant que d’autres personnes prennent le relais. Il est maintenant question pour lui de préparer la prochaine action de son groupe. Il compte cette fois-là faire des dons. Ce sera «dans deux ou six mois selon nos possibilités et si la guerre continue», pronostique Jean Hubert Boaesen.

Marche contre Boko Haram – Douala, 01/02/2015
Photo: (c) Jordan Jérémie Mpon