Mali: le HCUA indigné par les accusations de duplicité de la France

L’ex-groupe armé signataire de l’accord de paix s’élève contre les propos du ministère français de la Défense l’accusant de proximité avec les groupes terroristes

 

Le HCUA, ex-groupe armé signataire de l’accord de paix au Mali, se déclare indigné par les accusations de duplicité proférées contre lui par la France.

Dans un communiqué remis à la presse, le groupe s’élève contre “les propos injustes et très graves tenus par le ministère français de la Défense (…), insinuant un double jeu de la part du HCUA et l’accusant de proximité avec les groupes terroristes en l’occurrence Iyad Ag Ghali et Ançar Dine”.

Pour démentir cette accusation, le communiqué revient sur “les nombreux efforts entrepris par le HCUA depuis sa création pour récupérer la jeunesse (du nord du Mali) et stopper son enrôlement dans tout groupe proche de l’extrémisme religieux et lui trouver un cadre de vie propice et digne sur son espace vital”.

“C’est cet esprit qui est derrière la création de notre mouvement. Pour réussir ce pari, nous avons fait de nombreux sacrifices et nous avons plutôt besoin d’un soutien de la communauté internationale, et notamment de la France, loin des propos accusateurs, improductifs et anachroniques”, souligne le communiqué.

 

Le HCUA rappelle que “la stabilité et la paix dans le Sahel passent par une gestion autonome par les populations locales de tous les aspects de la vie aussi bien politique, économique que sécuritaire”.

“Le rôle de la France, mais aussi de l’ONU est d’aider les Azawadiens (populations du nord du Mali) à retrouver leur identité et à gérer librement leurs affaires”, souhaite le porte-parole de l’organisation, Almou Ag Mohamed, qui a signé le communiqué.

Il exhorte la France à l’impartialité tout au long du processus de mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

“Nous avons signé avec le gouvernement malien, un accord de paix qui est censé être un cadre de base pour aboutir à une solution à terme, bien que ne répondant pas aux aspirations de la majorité des Azawadiens”, rappelle le porte-parole du HCUA.

Le HCUA rappelle également qu’il est un des piliers de la Coordination des Mouvements de l’Azawad, “un acteur incontournable du processus”.