Mairie Yaoundé III :Le receveur municipal bloque le paiement des salaires

Le travail a repris hier et les employés accusent toujours trois mois d’arriérés de salaires.

 

Les portes de la commune urbaine de Yaoundé III étaient grandement ouvertes hier. Les employés ont repris le travail. Ils n’ont pas pu travailler lundi dernier. Le portail de l’entrée principale avait été barricadé par une chaine et un cadenas. L’auteur de cet acte reste toujours inconnu. Mais, les revendications des 70 employés de la mairie restent le paiement de trois mois salaire. Mais, le maire, Etienne Otele Manda, renvoie plutôt le tort au receveur municipal, Zacharie Amoka Awono.

En effet, le maire indique que le mandat de paiement des salaires du personnel à virer dans les banques pour le compte du mois d’août 2015 a été signé le 4 septembre et adressé au receveur municipal, qui est le trésorier de la mairie. Le mandat a été enregistré sous le bordereau d’émission n°574, d’un montant de 5,7 millions Fcfa. Sous le même numéro de bordereau, un autre mandat signé ce même jour a également été transmis au billeteur de la mairie, Josephine Beyala. Cette fois-ci, le montant de l’enveloppe qui est de 1,2 millions Fcfa devrait servir à payer les salaires de la catégorie d’employés touchant à la caisse de la mairie. De même, les mandats de paiement des salaires du mois de septembre ont été signés le 03 octobre de ce mois.

Maintenant, pourquoi ces salaires ne se sont pas payés ? A en croire la correspondance du maire adressé au ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Réné Emmanuel Sadi le 16 septembre dernier, la faute revient au receveur municipal. « Le receveur municipal refuse délibérément de payer les salaires et les autres titres sous prétextes que son salaires a connu des réajustements à la baisse consécutifs à la suppression de certaines indemnités jusque-là servies sans fondements juridiques », lit-on dans cette correspondance qui a également été envoyée au ministre des Finances. Le 1eroctobre, le maire va à nouveau au Minatd et au Minfi pour le même motif. Mais cette fois-ci, il indiquera que le 18 septembre à 16h, madame le fondé de pouvoir à la recette s’est précipitée « au service financier munie d’une note de rejet. Motif : baisse de salaire sans textes justificatifs ».

A la réalité, ce feuilleton entre le maire et son receveur a été porté à l’attention du préfet du Mfoundi, Jean Claude Tsila. Par la suite, le 23 septembre, le préfet instruira au maire de régler le problème et payer le salaire des employés. Ainsi, le 28 septembre, le maire renverra une correspondance au préfet dans laquelle il lui clarifie la situation et lui indique que les salaires ont été calculés selon la règlementation vigueur. Toutefois, dans ce jeu de correspondances, les employés attendent toujours leurs salaires.