camernews-maigre

Maigre moisson du Cameroun à la 6ème Conférence internationale de Tokyo pour le développement de l’Afrique

Maigre moisson du Cameroun à la 6ème Conférence internationale de Tokyo pour le développement de l’Afrique

Le Cameroun n’est pas rentré bredouille de Nairobi, la capitale kenyane, où s’est achevée, le week-end dernier, la 6ème édition de la Conférence internationale de Tokyo pour le développement de l’Afrique (TICAD, en anglais).

Mais, au regard du millier d’investisseur japonais qui a accompagné le Premier ministre de l’Empire du soleil levant à cette opération de charme en direction de Afrique, du potentiel dont recèle le Cameroun en terme d’opportunités d’investissement, et de l’ampleur des projets actuellement en cours ou en gestation dans le pays ; l’on peut conclure que la moisson camerounaise au cours de la 6ème TICAD est relativement maigre.

En effet, selon le ministre camerounais des Affaires étrangères, Lejeune Mbella Mbella, sur les 22 protocoles d’accord signés par 73 entreprises avec 20 pays pendant la dernière TICAD, le Cameroun, présenté comme la locomotive économique de la zone Cemac, s’en tire avec un Mémorandum d’entente (MoU).

Cette sorte d’intention d’investissement a été signée avec la firme japonaise Marubeni Corporation, qui envisage la construction, dans le pays, d’un nouvel hôpital de référence, dont le lieu d’implantation, et encore moins le montant du potentiel investissement, n’ont pas été divulgués.

Au demeurant, au cours de cette 6ème TICAD, Shinzo Abe (photo), le premier ministre japonais, a promis aux  pays africains que le Japon injectera 30 milliards de dollars dans leurs économies, en s’appuyant principalement sur le secteur privé. Il revient désormais aux autorités camerounaises d’œuvrer pour capter une partie importante de ces financements annoncés, qui  sont cependant moins importants que les 60 milliards de dollars promis par Xi Jinping, le président chinois, lors d’une conférence analogue qui s’est tenue entre la Chine et l’Afrique fin 2015 en Afrique du sud.

 

camernews-maigre

camernews-maigre