Lutte contre l’extrémisme : bientôt un centre national au Cameroun

Sujet au cœur de l’audience d’hier entre une mission du Commonwealth et le ministre de la Jeunesse et de l’Education civique.

 

La création d’un Centre national de lutte contre l’extrémisme violent était au cœur de l’audience accordée hier à Yaoundé, par le ministre de la Jeunesse et de l’Education civique (Minjec), Mounouna Foutsou, à une délégation du Commonwealth en visite de prospection en terre camerounaise. D’après le Minjec, « prévenir l’extrémisme est une affaire de tous ». Le Commonwealth vient ainsi aux côtés du Cameroun pour voir dans quelles mesures implanter cette structure. L’audience a été suivie d’une séance de travail technique, moment de réflexion sur  l’idée de la création dudit centre, qui serait une réponse aux manquements constatés suite aux multiples menaces sécuritaires à travers le pays. Il s’agira d’un centre spécialisé pour une éducation des jeunes orientée vers la tolérance, la bonne conduite, et la bonne moralité. La structure va accueillir  toutes les initiatives en matière de lutte contre les conflits et l’extrémisme violent.
La séance de travail technique de l’unité du Commonwealth a duré plus de deux heures. Face à la presse, Mark Albon, représentant du Commonwealth, a expliqué qu’il s’agit  d’une étude importante. Pour Rekia Ngeh Epse Mbeume, directeur de la vie associative et participation des Jeunes au Minjec,  créer ce centre est une solution pour les jeunes qui sont facilement manipulables. Le centre sera d’ailleurs composé d’étudiants, qui apporteront leur expertise en matière de paix. Une fois les études de base terminées, le Commonwealth verra dans quelle mesure aider le gouvernement camerounais à réaliser ce noble but.