LUTTE CONTRE BOKO HARAM : TOUS DERRIÈRE PAUL BIYA ET L’ARMÉE

LUTTE CONTRE BOKO HARAM : TOUS DERRIÈRE PAUL BIYA ET L’ARMÉE

Après la vidéo postée par le « chef » du groupe terroriste Boko Haram, le 05 janvier dernier sur You Tube dans laquelle il a vertement menacé le président camerounais et le Cameroun tout entier, il est plus que jamais question de faire bloc derrière Paul Biya et l’armée afin de vaincre l’ennemi commun : Boko Haram

Depuis le 05 janvier dernier, on est sûr d’au moins une chose : la guerre que l’armée camerounaise mène à l’Extrême Nord est une guerre contre des ennemis qui veulent s’emparer d’une partie du territoire national. Une situation qui a le mérite de mettre définitivement un terme à la polémique autour de l’appel de la Lékié. Aboubakar Shekau, qui se présente comme le chef du groupe terroriste Boko Haram dans une vidéo d’environ 17 minutes, demande à Paul Biya de mettre fin à son « plan maléfique.» L’islamiste affirme que les soldats camerounais ne « peuvent rien. » Les spécialistes des questions stratégiques affirment qu’Aboubakar Shekau réagit à la suite de l’entrée en scène victorieuse de l’aviation militaire camerounaise en décembre dernier pour déloger ses hommes du camp militaire qu’ils ont provisoirement occupé.

Au lendemain du sommet du 17 mai 2014 tenu en France sur la paix et la sécurité, le chef de l’Etat camerounais joignant la parole à l’acte a déployé près de sept mille hommes tout au long de la frontière entre le Cameroun et le Nigéria. Le matériel militaire également a été convoyé. Deux opérations ont vu le jour : l’opération Alpha qui est menée par des forces spéciales et l’opération émergence menée par des forces régulières. En décembre 2014, une loi anti-terroriste a été adoptée. La réaction militaire camerounaise est montée d’un cran avec à la clé des lourdes pertes humaines et matérielles infligées à Boko Haram à chacune de ses incursions sur les terres camerounaises. La population sans distinction d’appartenance politique ou religieuse s’est alignée dernière son armée.

Cet ensemble d’actions, qui a mis en déroute la secte islamiste, est assurément la raison fondamentale qui a amené Aboubakar Shékau a tenté, à travers des vidéos, de démobiliser la population qui soutient le courage et la détermination de son armée. Il est désormais question que tous les Camerounais se mobilisent derrière le président de la République, qui a pris l’engagement le 06 novembre 1982 à l’Assemblée nationale, lors de sa prestation de serment, de protéger le Cameroun et ses citoyens. Boko Haram ne doit pas trouver une seule occasion pour s’introduire dans notre pays car, le Cameroun comme disait Paul Biya c’est le Cameroun.

La France vient de donner l’exemple d’une mobilisation sans précédent au lendemain de l’attaque contre le journal Charlie hebdo. Attaque qui s’est soldée par le décès de douze personnes dont une bonne partie de journalistes de ce journal. Toutes les forces vives se sont jointes au président François Hollande dans la guerre sans merci contre ceux qui bafouent la liberté. On a pu observer et admirer la rencontre au palais de l’Elysée entre l’ancien président français Nicolas Sarkozy -actuel président du principal parti d’opposition l’Ump- et François Hollande. Toute une leçon pour le Cameroun où certains pensaient encore que la guerre contre Boko Haram était l’affaire du gouvernement ou de Paul Biya. La France nous parle ! Et si on essayait de s’inspirer de cet exemple pour faire face à Aboubakar Shekau et ses hommes.

Dans cette guerre dont les attaques vont assurément s’intensifier, le renseignement est plus que jamais nécessaire. Ce renseignement, on ne pourra l’obtenir que si et seulement si les populations jouent leur partition dans cette lutte. Ensemble comme un seul homme barrons la route au terrorisme au Cameroun !

 

camernews-Biya-Regrette

camernews-Biya-Regrette