Video source missing

Lutte contre Boko Haram : Idriss Déby félicite l’armée camerounaise

Lutte contre Boko Haram : Idriss Déby félicite l’armée camerounaise

Dans une vidéo diffusée sur la toile, le président tchadien salue l’efficacité des forces de défense de Paul Biya face aux attaques de la secte islamiste.

Jusque-là contempleur, Idriss Déby Itno a décidé de se prononcer sur les activités du groupe terroriste Boko Haram au Cameroun. A la faveur de l’actualité dans le Septentrion, avec notamment de nombreux attentats et autres crimes hideux commis par les hommes sans foi ni loi, venant du Nigeria voisin, le chef de l’État tchadien ne manque pas d’apprécier la réplique des forces de surveillance et de défense camerounaises face aux incursions des déments d’Allah.

Un extrait.

Question du journaliste : « l’armée tchadienne peut faire le boulot en 24h ? » Réponse d’Idriss Deby: « Non, ce n’est pas vrai. Nous observons ce qui se passe sur le terrain. L’armée camerounaise est en train de faire un excellent travail. Un excellent travail. L’armée camerounaise aujourd’hui a même sécurisé sa frontière. Boko Haram est affaibli par l’armée camerounaise. Malheureusement de l’autre côté de la frontière il n’y a pas de répondant. Nous avons aussi nos unités qui sont à la frontière avec le Nigéria, mais en face de nous il n’y a rien, il n’y a personne.»

C’est donc clair que pour le président tchadien, les éléments du groupe terroriste ne s’intéressent pas à son pays, contrairement au Cameroun qui, depuis des mois déjà subit des attaques à répétition. On comprend que parmi les chefs d’État africains présents au «sommet de Paris pour la sécurité au Nigeria » et ayant adopté, en mai dernier, un plan d’action régionale contre la secte islamiste nigériane Boko Haram, Paul Biya avait un ton assez ferme. Quant aux capacités des forces de défense camerounaises à faire front contre les éléments du groupe terroriste, le ministre des Relations extérieures camerounais, Pierre Moukoko Mbonjo, sur les ondes de la Radio France internationale (Rfi), rassurera les uns et autres : « le Cameroun a une armée dont l’efficacité est avérée. Nous avons des troupes d’élite dont le niveau est internationalement reconnu. Pour preuve, le fait que dans la lutte contre la piraterie maritime au niveau du Golfe de Guinée depuis 2011, il n’y a eu aucun acte dans nos eaux territoriales ».

Bien plus, face à la récurrence des incursions en territoire camerounais, Paul Biya prendra diverses mesures en termes de déploiement d’importants moyens militaires en hommes et en matériels, non sans réorganiser le dispositif militaire avec désignation de nouveaux responsables. Et sur le terrain, les premiers résultats de cette action vont se faire sentir. Récemment encore, les vaillantes forces de défense et de sécurité ont infligé de lourdes pertes à ces assaillants étrangers (plus de 100) qui, de plus en plus, éprouvent de sérieuses difficultés à opérer leurs attaques sur le sol camerounais.

«Au plan économique et social, le président de la République a également prescrit au gouvernement de poursuivre et de densifier les programmes destinés à lutter contre la pauvreté et la précarité dans les régions septentrionales. Je me félicite de l’aide que la communauté internationale, et notamment des pays comme la France, les États-Unis d’Amérique, la Grande Bretagne et l’Allemagne, nous a apporté jusqu’alors dans ce combat. La régionalisation, voire l’internationalisation de la menace constituée par ce groupe terroriste, appelle de notre point de vue une implication plus décisive de la communauté internationale dans cette lutte, tant au plan militaire qu’humanitaire », dira le porte-parole du gouvernement Issa Tchiroma Bakari, face à la presse.

Selon les conclusions finales du mini-sommet de Paris, les différents chefs d’État présents ont décidé de 5 mesures immédiates : procéder à des patrouilles coordonnées, mettre en place un système de partage du renseignement, mettre en place des mécanismes d’échanges d’information sur les trafics d’armes et renforcer les mesures de sécurisation des stocks des armées, mettre en place des mécanismes de surveillance des frontières et créer une cellule de fusion du renseignement.

 

 

camernews-Boko-Haram

camernews-Boko-Haram