LUTTE CONTRE BOKO HARAM : DES JEUNES DU SEPTENTRION MONTENT AU FRONT

LUTTE CONTRE BOKO HARAM : DES JEUNES DU SEPTENTRION MONTENT AU FRONT

Sous la bannière de la Synergie des organisations des jeunes patriotes camerounais pour la défense de la souveraineté et de l’intégrité du Cameroun, ces jeunes pour la plupart originaires du Grand Nord entendent œuvrer auprès des autorités camerounaises dans la lutte contre la secte islamiste Boko Haram à travers la sensibilisation des populations de la partie septentrionale.

Vous avez dit organisation des jeunes du Grand Nord ? De toute les manières, les responsables de la Synergie des organisations des jeunes patriotes camerounais pour la défense de la souveraineté et de l’intégrité du Cameroun (Soj) ne l’entendent pas de cette oreille : « nous ne sommes pas une association des jeunes du Grand Nord, nous sommes une synergie d’association de patriotes camerounais, donc nous sommes ouvert aux jeunes originaires de toutes les régions du Cameroun, il n y a de Grand Nord dans notre synergie que la situation géographique de ses organes dirigeants », souligne Abdouramane, l’un des responsables de ce mouvement.

C’est en mai dernier à Yaoundé que le Soj a été porté sur les fonts baptismaux avec pour objectif de soutenir le chef de l’Etat et les autorités camerounaises dans leur combat contre la déstabilisation du Cameroun par un groupuscule armé que les ténors de cette association se refuse de qualifier de « rébellion » : « nous nous sommes sur le terrain, Boko Haram est nigérian, c’est la pauvreté dans la partie septentrionale qui leur permet de s’y installer et de recruter des jeunes camerounais qui leur servent de coursier », renseigne Ahmat Mohamed, président de la Soj. C’est la raison pour laquelle le but de l’association est d’inviter les pouvoirs publics à engager des politiques de développement dans le Grand Nord afin de couper l’herbe sous les pieds de Boko Haram.

Plus de 100 000 membres déjà enregistrés

D’après les responsables de cette Synergie de plus de 300 associations de jeunes, leur mouvement, qui revendique une solide implantation aussi bien sur le plan national qu’international, aide les autorités camerounaises, principalement les forces de défense et de sécurité, à traquer les membres de cette secte islamiste à travers la collecte des renseignements.

S’agissant de la récente passe d’arme entre des élites de la Lékié et le président de l’Assemblée nationale, Cavaye Yéguié Djibril au sujet de Boko Haram, la Soj « condamne avec la plus grande énergie les intrigues calomnieuses des politiciens en vue de la déstabilisation de la paix sociale…nous ne sommes pas à l’heure du positionnement, c’est le moment de l’action et des prières pour éradiquer cette secte islamiste », s’insurge un membre de la Soj.

Dans leur combat, les jeunes de la Soj en appellent au soutien des élites du Grand Nord qui, selon eux, sont souvent coupées des réalités locales. Forte de plus d’une centaine de milliers de membre, la Soj entend tenir dans les prochains jours une conférence de presse ainsi qu’organiser une marche de soutien pour dire non à la déstabilisation du Cameroun.

 

 

camernews-Jeunes-Nord-Cameroun

camernews-Jeunes-Nord-Cameroun