camernews-Bapes-Bapes

Louis Bapès Bapès ment sur la fuite des épreuves aux examens

Louis Bapès Bapès ment sur la fuite des épreuves aux examens

Le Ministre des Enseignements secondaires et ses collègues ont pris part à une session du Conseil de Cabinet tenue jeudi le 26 juin 2014. Elle a été présidée par Philémon Yang.

LA SESSION 2014 des Examens officiels touche à sa fin. A ce jour, la phase écrite est achevée pour 25 des 27 examens et concours programmés. Des innovations ont été apportées dans les méthodes d’évaluation, à l’instar de la suppression de l’admissibilité et l’organisation obligatoire de travaux pratiques pour tous les candidats aux  brevets professionnels industriels ainsi que l’introduction d’une option bilingue au General Certificate of Education.

Le processus de correction est en cours en vue de la proclamation de tous les résultats d’ici le 31 juillet 2014. Même si les autorités administratives, en particulier le Ministère des Enseignements secondaires, se réjouissent de ces constatations, soulignons que de nombreuses voix à la base se sont élevées pour décrier une fuite des épreuves en violation de l’exigence de confidentialité ou la divulgation des codes d’anonymat.

En d’autres termes, des rumeurs ont circulé. De nombreuses indiscrétions ont même révélé que des preuves de la fuite en question appelée dans le jargon de « circulation de l’eau » aurait coulé sous forte pression au point que l’on parle de plus en plus d’une éventuelle reprise du Bepc et de certaines épreuves au Baccalauréat. Des informations intox qui ont plongé les familles dans le désarroi.

Toutefois, elles ont été battues en brèche par le Ministre des Enseignements secondaires jeudi le 26 juin 2014 lors d’une session du Conseil de cabinet. Laquelle a eu lieu à l’immeuble principal abritant les services du Premier Ministre à Yaoundé. Louis Bapès Bapès  s’est ainsi exprimé devant le Chef du Gouvernement, le Vice-Premier ministre, des ministres d’Etat, des ministres délégués ainsi que des secrétaires d’Etat. L’autorité a souligné qu’il ne s’agit ni plus ni moins « des rumeurs dénuées de tout fondement ».

Autrement dit, parents et élèves savent désormais que la reprise des épreuves de quelque examen que ce soit n’aura pas lieu. Après avoir pris acte de ce qui vient d’être dit, Philémon Yang qui a présidé le conseil de cabinet, a donné des directives visant le respect du calendrier de corrections et de publication des résultats. Par ailleurs, les travaux du Conseil se sont poursuivis avec la présentation du Ministre Délégué auprès du Ministre des Finances portant sur le « Comité national de la dette  publique (Cndp) et des grandes orientations de la politique nationale d’endettement public », d’où il ressort qu’après avoir obtenu un traitement favorable de sa  dette au début des années 2000, le Cameroun a retrouvé un niveau d’endettement modéré. Au 31 mai 2014 en effet, l’encours de la dette publique camerounaise est estimé à plus 2 700 milliards de Fcfa. Ce qui représente 20% du Pib, en dessous du seuil de convergence sous régional dans la Cemac de 70%.

Les soldes engagés et non décaissés quant à eux, se chiffrent à 2 000 milliards de Fcfa. Les perspectives situent cet endettement à environ 5 000 milliards à l’horizon 2017, soit environ 35% du PIB. Il a été révélé que ces concours financiers sont orientés essentiellement vers l’investissement productif et la réalisation des infrastructures structurantes.

Toutes choses qui favorisent un endettement vertueux, générateur de capacités de remboursement futur. Le Ministre Délégué a fait savoir que c’est pour rationnaliser davantage le recours à cette modalité de financement que le Comité national de la dette publique a été créé par décret du 4 août 2008. Il a pour missions de coordonner, de suivre la mise en oeuvre de la politique nationale d’endettement public et de gestion de la dette publique, et de veiller à sa mise en cohérence avec les objectifs de développement et la capacité financière de l’Etat.

 

 

camernews-Bapes-Bapes

camernews-Bapes-Bapes