camernews-guillaume-soro

Lors de sa conférence de presse, Guillaume Soro réaffirme son soutien indéfectible à Alassane Ouattara pour les présidentielles de 2015

Lors de sa conférence de presse, Guillaume Soro réaffirme son soutien indéfectible à Alassane Ouattara pour les présidentielles de 2015

Malgré les récurrentes dénégations, la présence du président de l’assemblée nationale Ivoirienne au Cameroun s’apparente à une opération de charme qui viserait à bichonner l’image du successeur de Laurent Gbagbo au pays de Paul Biya.

La salle du Hilton Hôtel de Yaoundé, prévue pour abriter la conférence de presse du Président de l’assemblée nationale Ivoirienne Guillaume Kigbafori Soro, ce samedi 14 Juin 2014, s’est avérée exigüe pour contenir les nombreux journalistes de la presse nationale et internationale venus prendre part à l’évènement.

Initialement annoncée à 10 heures, l’entrevue entre l’hôte de Cavaye Yeguié Djibril et les hommes de médias n’a finalement débuté qu’à 13 heures précises avec l’entrée solennelle du PAN Ivoirien, qu’entouraient pour la circonstance, l’ambassadeur de la république de Côte d’ivoire au Cameroun et le ministre de la communication porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary.

Dans un discours liminaire dense, mais concis,l’ex SG des forces nouvelles a dressé le bilan élogieux des trois ans et demi d’Alassane Ouattara à la tête de l’Etat de son pays. A notre arrivée aux affaires, a-t-il martelé, la côte d’ivoire avait une dette extérieure de 6000 milliards de FCFA, l’économie était globalement sinistrée, les banques avaient fermé… avec l’allègement de notre dette par les mécanismes du programme PPTE, notre pays a grâce au savoir-faire du docteur Alassane Ouattara qui est un éminent économiste, retrouvé les sentiers de la croissance avec un taux de 9,8% en 2012, 8,7% en 2013, 9% en 2014 et nous nous acheminons même vers un taux de croissance à deux chiffres, comme ce fut déjà le cas lors des fameuses années du miracle ivoirien.

Dans la première séquence de la conférence de presse, entièrement consacrée à l’économie et aux finances, Guillaume Soro a précisé à l’attention des journalistes que tous les signaux de l’économie Ivoirienne sont au vert. Au sujet des accords de partenariat économique, il a allégué qu’avec ses 1,200.000 tonnes de cacao produits par an, la situation de la Côte d’ivoire en termes d’exportation vers les pays de l’UE, était différente de celle de moult autres pays Africains.

Dans la seconde articulation de l’entretien, basée sur la démocratie et les droits de l’homme, la deuxième personnalité de l’Etat Ivoirien a indiqué qu’en 1995, l’ONG Amnesty international l’avait déclaré premier prisonnier politique en Côte d’ivoire, je suis allé en prison a-t-il précisé, à cause de Laurent Gbagbo dont j’étais proche.

Laissez la justice internationale faire son travail !

Répondant à une question du journaliste Thierry Ngongang de STV, relativement à l’arrestation à l’aéroport de Douala, de l’ex porte-parole du gouvernement de l’ancien président. Guillaume Soro a allégué qu’Ahoua Don Mello est un citoyen Ivoirien qu’il connaissait depuis de longues années, alors que celui-ci dispensait encore les enseignements à l’université d’Abidjan. J’étais étudiant à l’époque a dit-il répété en guise de précision, il est même en désaccord avec Laurent Gbagbo puisqu’il l’a récemment injurié dans la presse en Côte d’ivoire. Ce Monsieur a une carte de résident du Ghana, mais réside en Guinée Équatoriale, c’est aux autorités Camerounaises d’assurer la sécurité de leur pays, je ne sais pas s’il est toujours arrêté, je tâcherai de mieux m’informer plus tard.

S’agissant de la réconciliation et réagissant à la question d’un journaliste, au sujet des derniers développements du procès de Laurent Gbagbo, Guillaume Kigbafori Soro a dit en substance qu’il n’avait pas d’observations à faire pour le moment, étant donné qu’il n’est pas le porte-parole du gouvernement, qui plus est, a insisté l’homme politique de 42 ans, une telle déclaration devra se faire sur le sol Ivoirien. Pour le mot de la fin, l’ex SG des forces nouvelles a demandé aux journalistes de laisser la justice internationale faire son travail.

C’est au cours de la troisième séquence de la conférence de presse, consacrée aux relations internationales que Suzanne Kala Lobe est intervenue, en s’interrogeant sur l’impartialité de la justice internationale, on a comme l’impression a-t-elle demandé à Guillaume Soro, qu’on ne juge que les criminels d’un seul camp, en plus il n’y a pas que eu les violences postélectorales… et à l’hôte de rétorquer, Madame, je vous connais très bien, vous vous trompez de cible, vous vous trompez d’objectif, si Laurent Gbagbo était parti du pouvoir après les élections, il ne serait pas aujourd’hui à la CPI, mais il a opté pour les tueries. Il a refusé de prendre Barack Obama au téléphone parce que le président Américain lui demandait de quitter le pouvoir, il l’a écrit et nous avons toujours cette lettre.

C’est sur ces entrefaites qu’est intervenue la dernière déclinaison de la cérémonie portant sur la politique intérieure de la Côte d’Ivoire, répondant à la question d’un journaliste au sujet des prochaines présidentielles, Guillaume Kigbafori Soro a conclu en disant que: «Pour l’heure je suis avec le président Alassane Dramane Ouattara, je le soutiendrai en 2015 puisqu’il sera candidat, je ferai tout ce qui est humainement possible afin qu’il soit réélu».

Morceaux choisis des allégations de Guillaume Soro

“Je me suis fait arrêter sur le pont de Gaule à Abidjan alors que je me trouvais dans le même bus que Thierry Legré, par les policiers parce que je n’avais pas de carte d’identité, ils m’ont accusé d’être un Mosi du Burkina Faso, j’ai fait appeler mon épouse qui est Beté comme Laurent Gbagbo, lorsqu’elle est arrivée avec mon passeport, les agents de police de la même ethnie qu’elle lui ont dit qu’elle leur faisait honte parce qu’elle avait osé épouser un Mossi comme moi.”

“Le 19 septembre 2002, j’ai fait un coup d’Etat parce qu’après le coup de force du 24 décembre 1999, du Général Guéi Robert contre le président Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo avait exulté en disant que certains coups d’Etat font avancer les choses.”

“Henri Konan Bédié est l’homme qui a apporté l’ivoirité en Côte d’Ivoire, mais c’est Laurent Gbagbo qui l’a fait graver dans la constitution.
On a aimé Houphouët Boigny, il est mort, on n’est pas mort avec lui, que Laurent Gbagbo assume son destin.”

“La tombe de la mère d’Alassane Ouattara morte à l’âge de 85 ans et enterrée à Abidjan a été profanée par les jeunes patriotes.”

“Je suis venu au Cameroun à l’invitation de mon homologue Cavaye Djibril, je lui adresserai à mon tour une invitation pour qu’il vienne s’adresser aux députés Ivoiriens.”

“C’est la France socialiste, la France de Lionel Jospin qui a mis Gbagbo au pouvoir en l’an 2000.”