L’opposition burkinabè annonce un meeting populaire pour fin avril à Ouagadougou

L’opposition politique burkinabè envisage d’organiser un meeting populaire samedi 29 avril prochain, à la Maison du peuple de Ouagadougou, a-t-on appris lundi dans un communiqué du Chef de file de l’opposition politique (CFOP), Zéphirin Diabré.Dans le document parvenu à APA, lundi dans l’après-midi, Zéphirin Diabré s’adresse à ses «militants et sympathisants et l’ensemble du peuple burkinabè».

Il précise que le grand rassemblement va se tenir à 15 heures à la Maison du peuple de Ouagadougou, au sujet de la situation nationale.

«Ce meeting s’inscrit dans le cadre des actions de mobilisation, de sensibilisation, d’interpellation et de protestation que l’Opposition engage ainsi conformément à son rôle républicain, face à la dégradation de la situation de notre pays, résultat de l’incapacité du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès (MPP, parti au pouvoir, Ndlr) et de ses alliés à régler les problèmes des Burkinabè», renseigne le communiqué.

Et Zéphirin Diabré, par ailleurs, président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), d’ajouter qu’à cette occasion, l’opposition dévoilera le contenu de sa nouvelle plateforme de combat démocratique.

Ce meeting, poursuit l’écrit, fait ainsi suite à la publication récente du mémorandum de l’Opposition, dans lequel celle-ci a donné son appréciation sur l’An I du nouveau pouvoir.

«L’Opposition politique invite donc ses militants et sympathisants et tous les citoyens de notre pays, à se mobiliser dans la discipline, pour faire de cette première activité de mobilisation populaire de l’Opposition un succès éclatant, et à rester mobilisés et déterminés pour tous les autres mots d’ordre qu’elle viendrait à lancer», indique M. Diabré.

Ce meeting populaire de l’opposition politique burkinabè est le premier du genre, depuis l’avènement du président Roch Marc Christian Kaboré au pouvoir, à l’issue de la présidentielle de novembre 2015.

Courant 2013 et 2014, l’opposition politique, toujours, sous la conduite de M. Diabré (alors que Blaise Compaoré était au pouvoir), avait organisé de grands rassemblements pour protester contre l’intention du pouvoir d’alors de créer un Sénat et la modification l’article 37 de la constitution.