L’IUT de Douala dans les grands chantiers

Le mobile, la 4G, dont l’installation du réseau a démarré, le projet de pose d’un câble sous-marin entre le Cameroun et le Nigeria, 750 km de Kribi à Lagos. La pose de la fibre optique sur près de 6000 km entre le Cameroun et le Brésil, dont les travaux devraient certainement débuter d’ici la fin de l’année 2015. Ce sont les grands chantiers amorcés par le gouvernement camerounais en termes de télécommunications. Des projets qui vont requérir une main d’œuvre importante et qualifiée.

D’où la signature d’une convention entre l’université de Douala et la Cameroon Telecommunications (Camtel) le 24 juin dernier dans la capitale économique. C’était lors du dîner-débat organisé par l’Institut universitaire de technologie de Douala, établissement concerné par le partenariat, qui aura donc pour mission de mettre à la disposition de Camtel des techniciens compétents.

La signature de mercredi vient ainsi formaliser et parachever une coopération déjà effective entre l’Iut et la compagnie nationale de télécoms, laquelle accueille déjà plus d’une trentaine d’étudiants en stage. L’accord va également permettre aux enseignants de l’institut, comme promis par le Dg de Camtel, David Nkoto Emane, de « suivre les mêmes programmes que les ingénieurs de [cette] entreprise ». « Nous avons un programme assez costaud pour la formation. Nous allons aider l’université de Douala à former les enseignants qui formeront les étudiants », a-t-il ajouté. Autant d’immersions en milieu professionnel qui rejoignent le leitmotiv du recteur Dieudonné Oyono : « Associer les entreprises à l’élaboration des programmes de formation ; faire appel aux acteurs économiques pour qu’ils dispensent les cours à l’université ; permettre à nos enseignants de faire des stages en entreprise pour qu’ils s’imprègnent de leurs réalités ; intensifier les stages et la formation en alternance et arrimer autant que faire se peut la recherche universitaire aux besoins des entreprises. »

Une logique dans laquelle s’inscrit le dîner-débat, dont cette première édition avait pour thème « Formation et employabilité des diplômés des IUT dans le contexte d’un Cameroun émergent ».