camernews-Baba-Ahmadou-Danpullo

Litige Foncier : Baba Danpullo charge lele Lafrique

Litige Foncier : Baba Danpullo charge lele Lafrique

Le richissime homme d’affaires établi dans la région du Nord-ouest, accuse par le truchement d’une correspondance à l’adresse du président de la République avec ampliation au Premier ministre, le patron de la région de favoriser l’implantation des cultivateurs clandestins dans sa propriété privée, notamment en zone de pâturage d’Elba Ranch.

Le torchon brûle entre Aladji Baba Danpullo, richissime homme d’affaires camerounais et le gouverneur de la région du Nord-Ouest, Adolphe Lele Lafrique Deben Tchoffo. Au cœur de la brouille entre le patron administratif de cette région et le magnat des affaires, un litige foncier qui crée des dysfonctionnements dans les activités pastorales que le promoteur de la chaîne de télévision à capitaux privés dénommé Dan Broadcasting system (Dbs) mène depuis plus de trente ans. Dépité, Aladji Baba Danpullo a pris sa plume et a sévi. Le président de la République est mis au parfum. Le Premier ministre informé. Et la presse en fait ses choux gras.

L’objet de la missive à l’adresse du chef de l’Etat est sans équivoque : «conflit dans la zone de pâturage d’Elba ranch». «Nous sommes installés depuis 1984 et avons investi des milliards Fcfa pour la mise en place d’un ranch moderne dénommé Elba ranch annex Esu. Cet investissement est connu de tous dans la région du Nord-Ouest et également de bien d’autres personnes. Ledit ranch abrite plus de dix mille têtes de bœufs. Pour son fonctionnement quotidien, une centaine de personnels y sont employés» écrit le capitaine d’industrie avant de porter l’estocade sur le gouverneur Lele Lafrique :

«Depuis que les relations entre le gouverneur et moi se sont détériorées, ce dernier fait feu de tout bois pour susciter la tension à Elba ranch annex Esu. Il a clairement laissé entendre qu’il allait me créer des problèmes. C’est avec la complicité du gouverneur de la région du Nord-Ouest que les populations d’Esu ont engagé la culture des produits vivriers et autres constructions dans l’enceinte de mon ranch, sous le regard complice de l’administration locale. A ce jour, nous sommes en droit de signaler que le chef traditionnel d’Esu et ses sujets ont arraché ma propriété». Celui qui est présenté par Forbes Afrique comme l’homme le plus riche du Cameroun et de l’Afrique francophone au sud du Sahara, n’y est pas allé de mains mortes pour rappeler des mesures prises antérieurement dans l’optique de trouver une solution définitive et efficace à ce litige.

Danpullo explique que «pour éviter tout affrontement dans le cadre de la protection de mes biens, nous avons donné l’occasion à l’administration d’arbitrer ce conflit en toute neutralité, une implication de ma part pouvant être diversement interprétée. Par ailleurs, il serait opportun de relever que le gouverneur du Nord-Ouest peut ne pas apprécier ma tête, mais en tant qu’administrateur, il a le devoir de protéger les personnes et leurs biens» lance sentencieusement, l’un des actionnaires de l’entreprise de téléphonie mobile Nexttel.

Contacté hier, mercredi lorsque nous allions sous presses aux alentours de 18 heures, le gouverneur de la région du Nord-Ouest s’est dit pas concerné par ce conflit qui alimente les conversations et fait les choux gras de la presse. «Beaucoup de vos collègues m’ont appelé. Je vous invite à mener vos enquêtes. Je ne suis pas mêlé à cette affaire. Ce sont les préfets et les sous-préfets qui gèrent les questions foncières. Faites votre travail d’enquête en votre âme et conscience. Vous verrez que c’est des histoires montées de toutes pièces. Menez vos enquêtes» nous recommande fortement le patron administratif du Nord-Ouest. En tout cas, l’arbitrage du président de la République est attendue…

 

camernews-Baba-Ahmadou-Danpullo

camernews-Baba-Ahmadou-Danpullo