camernews-volker-finke

Actualités Football – Lions indomptables: Guerre de lobbies autour de Volker Finke

Actualités Football – Lions indomptables: Guerre de lobbies autour de Volker Finke

En qualifiant la sélection nationale pour la phase finale de la Coupe du monde Brésil 2014, l’entraineur Volker Finke a atteint l’objectif que lui avaient assigné ses employeurs de la Fécafoot et du ministère des sports. Mais, contre toute attente, le technicien allemand a un avenir professionnel en pointillé en raison d’une guerre de lobbies pour le contrôle du poste de sélectionneur des Lions indomptables.

Ah, donc Roger Milla est resté égal à lui-même. A chaque fois, à la veille d’une compétition d’envergure dans laquelle est engagée l’équipe nationale du Cameroun, l’ex buteur emblématique des Lions indomptables fait une sortie qui déclenche une avalanche de polémique. Après avoir provoqué une sorte de Tsunami verbale à la veille du Mondial 2010 en Afrique du sud en s’attaquant à Samuel Eto’o fils, le vieux lion a choisi en cette veille du Mondial 2014 au Brésil comme nouvelle cible,  Volker Finke, l’entraineur en chef des Lions indomptables.

Sollicité pour commenter la composition du groupe A dans lequel le tirage au sort a logé le Cameroun, le Mexique, la Croatie et le Brésil, l’Ambassadeur itinérant est convaincu que le Cameroun peut faire une bonne prestation au Brésil, à condition de changer l’actuel entraineur sélectionneur. « Le sort a voulu qu’on tombe dans un groupe comme celui là. Il n’est pas insurmontable. Il est maintenant question de savoir qui est ce qui va coacher notre sélection pour un bon parcours. Il nous faut un staff technique à la hauteur de ce défi. Celui qui est en place ne peut pas remplir cette mission », estime Roger Milla.

Relancé sur la nature du reproche qu’il fait au coach Volker Finke, le héros du Mondial Italie 90 a puisé dans le mensonge pour expliquer l’aversion qu’il a contre le technicien Allemand qui était encore sur les terrains de la Bundesliga il y a moins de six ans. «C’est parce qu’il a passé plus de 20 ans sans entrainer. Je trouve que c’est pas normal…». En réalité, cette antipathie de Roger contre Volker Finke, est connue depuis que ce dernier a pris la place de Jean Paul Akono, le protégé du vieux Lions.  Sauf que depuis que les Lions ont obtenu leur passeport pour le Brésil, Roger Milla a fait du départ du technicien Allemand, une affaire de vie ou de mort.

A en croire des sources fiables, celui qui est le conseiller sportif du chef de l’Etat Paul Biya, active ses réseaux à Yaoundé pour obtenir le changement d’entraineur à la tête des Lions indomptables. «Milla s’agite non pas parce qu’il aime cette équipe nationale. C’est parce qu’il a à faire à un entraineur qui ne se laisse pas manipuler, un entraineur qui a une personnalité, qui est capable de tenir tête à Eto’o, Milla et tous ces membres du fameux comité citoyen pour le redressement du football Cameroun…», estime un haut cadre du ministère des sports, pour milite pour le maintient du technicien Allemand.

La polémique autour du maintient en poste ou non de Volker Finke est prise au sérieux en haut lieu. Et l’avenir professionnel du successeur de Jean Paul Akono préoccupe au sein du comité de normalisation de la Fécafoot. «Je pense qu’on est tous d’accord que notre sélection est tombée dans un groupe très difficile… C’est vrai qu’on a eu une brillante qualification contre la Tunisie, mais, il reste des postes à pourvoir,  compléter si on veut faire une grande coupe du monde.

Ça c’est  le véritable challenge qu’il y a à faire.  La polémique sur l’avenir de Volker qui ira ou qui n’ira pas à la coupe du monde, il est souhaitable que le gouvernement se prononce au plus vite parce qu’on n’a pas le temps à perdre. Pour moi, au lieu de se battre à dire on veut un grand entraineur, je proposerai plutôt qu’on mette l’accent sur une bonne préparation physique qui va faire en sorte que tous les lions arrivent au Brésil étant capable de rivaliser avec l’adversaire dans la course. C’est d’abord cela en coupe du monde. Si on a des joueurs qui ne sont pas prêts physiquement, on passera à la trappe…», suggère Michel Kaham, ancienne gloire des Lions indomptables et membre du comité de normalisation de la Fecafoot.

camernews-Volker-Finke

camernews-Volker-Finke