camernews-portugal-cameroun-2014-lions-reconnaissance-stade

Lions indomptables: Entre reconstruction et règlements de comptes

Lions indomptables: Entre reconstruction et règlements de comptes

Le processus de rajeunissement de l’équipe nationale du Cameroun a démontré ses limites face au Mali, dans un match comptant pour la première journée de Coupe d’Afrique des nations (Can) dans le groupe D.

De solides Maliens ont, d’entrée de jeu, étouffé les Camerounais qui avaient du mal à s’organiser sur l’aire de jeu. Bien plus, les difficultés rencontrées par les Lions indomptables dans cette rencontre comptant pour la première journée dans la poule D de la Can 2015 ne sont dues qu’à l’inexistence d’un véritable milieu de terrain. Eyong Enow, l’un des doyens de l’équipe camerounaise a été blessé et remplacé en première mi-temps. Dès lors, les Aigles du Mali ont pris le contrôle de la rencontre, pendant que le coach des Lions indomptables restait scotché sur son banc de touche.

L’absence des joueurs comme Alexandre Song, écarté de l’équipe nationale au lendemain de la 20e Coupe du monde de football du 12 juin au 13 juillet 2014 au Brésil s’est faite fortement ressentir. Le Cameroun a évolué sans milieu récupérateur. Cédric Loé, tant bien que mal, a essayé de faire le job. Même s’il a offert un ballon d’égalisation à son coéquipier Ambroise Oyongo Bitolo dans les dix dernières minutes, le joueur d’Ossassuna en Espagne a encore du chemin à faire.

L’absence de Joël Matip de Schalke 04 en Allemagne a aussi été préjudiciable aux Lions indomptables. Les quadruples champions d’Afrique (1984, 1988, 2000 et 2002) peuvent néanmoins espérer produire une meilleure prestation le 24 janvier face au Sily national de Guinée Conakry. Selon des informations recueillies par la Météo auprès de l’encadrement, Stéphane Mbia, pourrait retrouver ses coéquipiers. Le capitaine du Cameroun apportera certainement une nouvelle inspiration à ses camarades.

Toutefois, le sociétaire d’Olympique lyonnais, Henri Bedimo, pourrait être le principal talon d’Achille de cette équipe en mal d’inspiration. Le lyonnais a été très peu productif face au Mali, perdant au passage plusieurs ballons. Perdu sur la pelouse de Malabo, le défenseur camerounais démontre qu’il n’avait pas sa place au sein de l’équipe, comme bien d’autres joueurs d’ailleurs. A se demander sur quelles bases véritables le coach allemand s’appuie pour sélectionner ses éléments appelés à défendre les couleurs nationales. En tout cas, les Camerounais regrettent amèrement la mise à l’écart de Benoit Assou-Ekotto.


Stratégie.

Les Lions indomptables ont intérêts à revoir leur stratégie avant d’affronter la Guinée Conakry. Mais, Volker Finke aura-t-il la lucidité nécessaire ? Où puisera-t-il l’inspiration adéquate ? Le vieux coach allemand, maintenant contre toute attente à la tête de la sélection nationale malgré le fiasco du Cameroun au Mondial brésilien opère de plus en plus par des choix douteux, contestables et arbitraires.

Comment comprendre en effet qu’il choisisse, face au Mali, de ne pas aligner Clinton Njié, l’un des attaquants les plus en vue de cette nouvelle vague des Lions indomptables ? De part ses échappées, ses dribles déroutants, sa vision de jeu, sa précision dans les passes et sa générosité dans l’effort, ce jeune aurait pu donner un coup de pouce à ses coéquipiers mal inspirés. Idem pour Léonard Kwekeu, le véloce centre-avant de l’équipe camerounaise était capable de mettre en difficulté les défenseurs adverses. Mais, Finke (encore lui) n’a pas été assez lucide pour opérer des choix adéquats. Pour dire vrai, les Lions indomptables ont quelque peu été malmenés par leurs adversaires notamment Seydou Keita, Bakary Sako et Yatabare, auteur de l’ouverture du Score (1-0, 70e) avant qu’Ambroise Oyongo n’égalise (1-1, 83e). Après ce match nul, Volker Finke s’est fendu en déclarations estimant que: «il n’y avait pas de raison de changer grand-chose». Pour le sélectionneur national, «le match n’était pas mauvais pour les deux équipes.

Avec le nul concédé par les Ivoiriens aux Guinéens (1-1), les compteurs sont remis à zéro. Un point pour les quatre équipes et il faudra attendre la deuxième journée pour que les choses commencent à se décanter. Donnés quelque peu favorites, Camerounais et Ivoiriens ont fait une entame timide dans la compétition. Par contre, la sélection guinéenne présentée comme outsider du groupe D s’est montrée coriace et a démontré qu’elle avait bien des arguments à faire valoir.

 

camernews-portugal-cameroun-2014-lions-reconnaissance-stade

camernews-portugal-cameroun-2014-lions-reconnaissance-stade