camernews-lions

Lions Indomptables : comprendre les cas Clinton Njié et Mandjeck

Lions Indomptables : comprendre les cas Clinton Njié et Mandjeck

Après deux matchs de CAN 2015 sur le banc de touche, des médias ont vite tenté de comprendre pourquoi l’entraîneur Volker Finke ne fait pas jouer Clinton Njié, Georges Mandjeck et Léonard Kweuke qui ont pourtant été d’un grand apport lors des éliminatoires. De version en version, la rumeur et les spéculations ont élu domicile dans la tanière.

Il se dit par exemple qu’il y aurait eu une altercation entre Stéphane Mbia et Clinton Njié (pendant le stage au Gabon), et donc que ce serait pour cette raison que l’attaquant de Lyon ne joue pas en sélection. Faux ! « Il n’y a pas de conflit entre le capitaine Stéphane Mbia, et n’importe quel autre joueur », a assuré Joseph Owona ce lundi. La raison est ailleurs.

Baisse de forme physique

La vérité est que Clinton Njié a été l’un des artisans de la qualification des Lions Indomptables à cette Coupe d’Afrique des nations (CAN) en Guinée Equatoriale. Auteur de trois buts lors de cette campagne, le Lyonnais s’est toujours montré tranchant dans les duels offensifs, faisant preuve d’une audace déconcertante dans les actions personnelles. Certains ont même vu en lui le prochain Samuel Eto’o. Comment comprendre alors qu’il ne soit pas aligné à la CAN ? C’est que, Clinton Njié est en baisse de forme physique depuis plusieurs semaines, à en croire l’entraîneur Volker Finke. « Clinton Njié n’a pas la même forme que pendant les éliminatoires. Il a joué trop de matchs durant cette période. Sa forme a baissé un peu. C’est pourquoi je ne veux pas prendre de risque », a soufflé le tacticien allemand.

Finke : « je ne connais aucun agent de joueur »

Ce dernier ajoute par ailleurs que le manque d’énergie de Clinton Njié en ces temps s’est fait ressentir en club où « il a commencé à jouer rarement ». D’où l’option de le garder sur le banc pendant un moment. « A son poste, il y a Salli Edgar qui heureusement a joué les derniers matchs de son club au Portugal. Et puis il y a Moukandjo qui n’est pas mauvais ». Le jeune attaquant de 22 ans, auteur de 2 buts et 5 passes décisives en 20 matchs (7 titularisations selon lequipe.fr) en Ligue 1 se trouve dans la même situation que Georges Mandjeck. « C’est la même chose pour Mandjeck, souligne l’Allemand. Il était tout le temps blessé en club. Depuis qu’on s’est qualifié, il n’a joué que dix minutes lors de son dernier match en club ». « Mandjeck et Clinton sont importants, mais je n’ai pas encore trouvé le moment de les mettre sur le terrain », précise-t-il encore.

L’entraîneur a indiqué par conséquent qu’il n’y a aucune raison de croire qu’il soit manipulé, ni par la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), ni par un quelconque agent de joueur. « Je ne connais aucun agent de joueur, a-t-il crié. Je ne travaille avec aucun agent de joueurs. Je n’ai pas besoin de ça. Quand on passe vingt ans à entraîner en Bundesliga, on n’a pas besoin de ça. Je connais mon travail ». Critiqué pour ses choix tactiques, Volker Finke doit prendre une décision importante mercredi face à la Côte d’Ivoire : aligner le onze idéal pour passer au deuxième tour de la compétition.

 

camernews-lions

camernews-lions