Lions en Club. Ligue 1 – Marseille: Clinton retrouve des suffrages

Trop tôt annoncé comme un nouveau Samuel Eto’o, Clinton Njie revient bien avec l’Olympique de Marseille après une saison gâchée par les blessures à Tottenham, mais n’a pas encore explosé.

 
“Si je juge ma première moitié de saison, je vais dire moyen, j’aurais dû marquer plus”, résume le Camerounais pour l’AFP. Douze matches de Ligue 1, 2 buts et une passe décisive, ce n’est pas si mal, compte tenu des petits pépins physiques qu’il traînait après une année difficile à Tottenham.

Njie peut mieux faire, à l’image de son match manqué contre Lille, où l’entente entre Maxime Lopez et Florian Thauvin le jette un peu dans l’ombre des circuits de passes.

Il doit s’accrocher, car il y a une place à prendre en attaque, où personne ne s’est détaché derrière Bafétimbi Gomis et Florian Thauvin. Il peut jouer au choix côté gauche dans un 4-3-3, où la concurrence est rude avec Rémy Cabella, Romain Alessandrini et Bouna Sarr, ou en soutien dans un système à deux attaquants.

“Je peux jouer autour de Gomis, ça marche bien quand tu as un attaquant comme +Bafé+ qui garde le ballon, c’est bien pour nous les joueurs un peu plus rapides”, explique Njie.

Sur un côté, il peut faire parler sa vitesse, une qualité que Njie se reconnaît, comme “la percussion, le dribble et les appels”.

– Débuts fracassants avec le Cameroun

Pour vaincre la concurrence à gauche de l’attaque de l’OM, il doit corriger ses défauts. “Je dois travailler mon jeu de tête d’abord, qui est très moyen”, dit-il dans un sourire, “et les efforts défensifs”, ajoute-t-il, assurant “avec Garcia (l’entraîneur de l’OM, je commence à progresser, sur un côté, il faut fermer son couloir”.

Njie doit aussi faire avec la pression qui pèse sur les prodiges. Il porte encore le poids d’une immense attente au Cameroun après des débuts fracassants.

Pour sa première sélection avec les Lions Indomptables, à 21 ans, il inscrivit un but face à la République Démocratique du Congo (2-0) en qualifications pour la Coupe d’Afrique 2015. Au match suivant, Njie réussit même un doublé et une passe décisive pour Babouchka Vincent face à la Côte d’Ivoire (4-1). Le nouvel Eto’o était né.

Lui jure que cette pression ne l’intimide pas. “Du tout, ça m’a juste encouragé à travailler un peu plus, car Samuel Eto’o c’est une légende, un très grand attaquant reconnu dans le monde entier.”

La trajectoire ascendante de Njie a connu ses premiers accrocs. Jusqu’alors tout avait marché, de l’école de foot des Brasseries du Cameroun, où est passé… Eto’o jusqu’au centre de formation de Lyon.

– “Une saison très compliquée” à Tottenham

Puis cela s’est corsé. Il a vécu “une saison très compliquée” à Tottenham, avec trois blessures, la dernière le laissant quatre mois sur le flanc. Bilan maigre: 8 matches, plus 6 avec les Coupes, et aucun but.

“Pour moi ce n’est pas un échec, c’est vrai que je n’ai pas fait le travail que je voulais à Tottenham, mais les blessures m’en ont empêché. Il ne me reste qu’à travailler et progresser.”

Prêté par Tottenham avec option d’achat, il n’a “pas pris de décision” sur son avenir, à l’OM ou aux “Spurs”.

Mais sa première partie de saison avec Marseille l’a au moins ramené dans le groupe camerounais pour la deuxième match de qualification au Mondial-2018, contre la Zambie (1-1). Les Lions sont deuxièmes, à quatre longueurs du Nigeria. La double confrontation au printemps contre le géant voisin vaudra très cher. D’ici là il lui faut déjà gagner sa place à l’OM.