Lions en Club. Les Camerounais de Ligue 1 ne réussissent pas tous…

À l’inverse d’un Henri Bedimo totalement transparent du côté de l’Olympique de Marseille, d’autres internationaux camerounais brillent, en tant que titulaires ou remplaçants…

 

EboaEboa, N’Gosso, N’Jie, TokoEkambi, Amadou, Assou-Ekotto, Zambo-Anguissa… La Ligue 1 regorge de grands talents camerounais un peu partout dans l’Hexagone. La sélection, championne d’Afrique en titre après un titre glané en janvier 2017, peut donc compter sur des joueurs prêts, tant physiquement que tactiquement, pour porter fièrement les couleurs du pays.

Pourtant, chaque joueur a un statut vraiment différent au fil des clubs. Le premier, ancien joueur du PSG, a quitté la capitale pour Guingamp, qui lui a offert son premier contrat pro. S’il n’est pas un titulaire indiscutable, il est déjà apparu à 5 reprises cette saison en Ligue 1. De beaux premiers pas pour l’ancien du Camp des Loges.
Concernant Clinton N’Jie, l’attaquant renait au Vélodrome après une première saison en dent de scie. Acheté définitivement par les phocéens cet été, l’attaquant camerounais s’éclate dans son rôle de super-sub cette année. Auteur de 5 buts en 7 matchs, il a permis, grâce à ses prestations, d’offrir des points précieux à l’OM, actuellement quatrième de Ligue 1. Son transfert correspond, pour l’OM, a une nécessité de recruter pour s’offrir une équipe compétitive. Comme le présente Bwin au cours d’une enquête sur la fréquence de changement d’équipe chaque année, un club qui se qualifie pour la Ligue Europa change, en moyenne, 2,5 joueurs la saison suivante. Recruté pour apporter de la qualité en attaque, il n’intègre pas encore le XI à chaque match, à l’inverse d’Adil Rami, de Steve Mandanda ou de Luiz Gustavo, transférés cet été également. Son compatriote au Vélodrome, Franck-Zambo Anguissa, fait -quant à lui- de plus en plus son trou dans la tête de Rudi Garcia.
stats_joueurs_ligue1_670
Apparu dans le XI pour apporter une solidité défensive, le solide milieu de terrain réalise, match après match, de grandes prestations, à tel point qu’il devient indéboulonnable. Son choix de rester à l’OM et de rater la CAN 2017 paye donc, quelques mois après. Autre lion indomptable brillant cette saison : Karl TokoEkambi. Titulaire indiscutable à Angers, l’attaquant est l’un des hommes forts de Stéphane Moulin depuis un an maintenant. Sa vitesse et son impact physique font de nombreuses différences en Ligue 1.

 

Malheureusement, tout n’est pas aussi rose pour Ibrahim Amadou, le capitaine du LOSC. Adoré par Marcelo Bielsa, son nouvel entraîneur, le Dogue paye le mauvais début de saison de ses coéquipiers. Bien qu’il soit personnellement brillant, tant en défense qu’au milieu, Amadou est trop seul pour peser pendant les rencontres. Le lillois doit donc espérer une réaction prochaine des siens pour éviter une crise au Domaine de Luchin. Enfin, Henri Bedimo est au fond du trou à Marseille, à l’inverse de Njié et de Zambo Anguissa. Encore sous contrat (jusqu’en juin) avec les Phocéens, il ne rentre plus dans les plans de l’entraîneur et ne fait même plus partie des convoqués pour les matchs du week-end. Apparu à 0 reprise depuis le début de l’année, il pourrait profiter du mercato hivernal pour se relancer.