camernews-ligue1

[Ligue 1 – 28e journée] Bamboutos-Union : les réactions

[Ligue 1 – 28e journée] Bamboutos-Union : les réactions

Diallo Siéwé, coach Union sportive « sur plan athlétique, les joueurs de Bamboutos étaient vraiment assis »

Vous menez deux à zéro et vous vous faites rattraper au score. Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

On a fait ce qu’il fallait faire. On jouait quand même à l’extérieur même si l’état du terrain ne nous a pas aidés. C’est normal parce que sur plan athlétique, les joueurs de Bamboutos étaient vraiment assis. C’est vrai qu’on a réussi à faire la différence en marquant deux buts. Derrière, ils en voulaient plus, c’est pourquoi ils ont réussi à revenir au score. Ce fut un très beau match avec de très bons adversaires. Je crois que mes enfants ont fait qu’il fallait. Un point à l’extérieur, il ne faut pas cracher dessus.

Vous avez certainement des regrets !

C’est normal que nous ayons des regrets, après avoir mené deux à zéro, nous étions bien partis pour gagner le match. C’est vrai que le terrain nous a permis de pouvoir conserver notre avantage. On regrette vraiment. Mais, allons immédiatement nous remettre au travail parce qu’on a un match assez important jeudi (6 aout, ndlr). Il faut récupérer rapidement avant d’affronter cet autre adversaire.

JPEG - 253.5 ko

Gérard Mbimi, coach Bamboutos Fc « Mes gars ont débuté le match avec beaucoup de fébrilité »

Vous revenez de loin dans cet après-midi !

C’est vrai. Car il n’est pas évident de revenir au score après avoir été mené deux buts à zéro. Je n’ai jamais douté parce que je savais que mes gars allaient réagir. Puisqu’ils ont un esprit de gagneur. Je sais que j’ai une horde de commandos. Et leur fais confiance. Je leur ai dit qu’il ne fallait pas qu’on perde contre Union de Douala.

Qu’est-ce qui n’a pas marché en première période ?

En première période, il n’y a pas eu ce ‘’figthing spirit’’. Mes gars ont débuté le match avec beaucoup de fébrilité. Et ils ont laissé l’adversaire jouer, se contentant de contrer. A la pause je leur ai rappelé qu’on jouait à domicile, qu’il n’était admissible qu’on laisse l’adversaire jouer. C’est vrai qu’en deuxième mi-temps ils ont réagi, mais ont pris un deuxième but. Jusque-là, ils n’ont pas baissé les bras, ils ont cru, voilà pourquoi ils sont revenus au score.

Recueillis par GT

 

camernews-ligue1

camernews-ligue1