LIC : Des nationaux pour boucher le trou, en attendant un autre expatrié

C’est ce qui transparaît de l’intervention de Tombi A Roko Sidiki ce jour sur l’antenne de la radio nationale. Au cours du journal de la mi-journée.

 

Tombi A Roko Sidiki s’est prononcé sur les ondes de la Cameroon Radio and Télévision ce samedi au sujet du changement intervenu sur le banc de touche des Lions indomptables. Parlant des entraineurs nationaux à qui il a confié le banc de touche des Lions indomptables de façon intérimaire, l’ancien SG de la Fecafoot a eu ces mots « pour que Alexandre Belinga et Bonaventure Djonkep soient pris en considération, ils doivent gagner les deux matches contre le Niger ». C’est dire que Tombi A Roko ne fait pas confiance à ces techniciens camerounais qui ont pourtant fait leurs preuves sur le terrain, que ce soit comme joueur ou comme entraineur.
L’homme de Tsinga a poursuivi dans l’entretien radiophonique au journal de la CRTV en prétendant que « Finke avait déjà envoyé la liste des joueurs retenus pour le match. Liste que nous avons validée parce qu’il a convoqué les Camerounais qui jouent, Kameni en Espagne et Marvin Matip en Allemagne ». Ce qui signifie qu’Alexandre Belinga et Bonaventure Djonkep seront jugés sur la liste confectionnés par quelqu’un d’autre, qui plus est, Volker Finke que Tombi A Roko a qualifié d’incompétent hier à la conférence de presse qui a sanctionné la réunion du comité exécutif. Il est plus que jamais clair que les entraineurs camerounais ont été nommés simplement pour boucher le trou en attendant de recruter un autre expatrié. C’est ce qui justifie leur statut d’intérimaire. Tombi A Roko en limogeant Volker Finke a simplement voulu redorer son blason auprès de l’opinion, sachant que Volker Finke était plus que jamais vomi par les fans des Lions indomptables.

Pour préparer les deux prochains matches de l’équipe nationale dans le cadre du deuxième tour des éliminatoires de la Coupe du monde « Russie 2018 », les Lions vont entrer en stage à partir du 9 novembre en France. Qu’est ce qui peut avoir guidé le choix de la France pour la mise au vert de la sélection nationale quand on sait que le climat qui prévaut en ce moment en France n’a aucun rapport avec celui de Niamey, la ville qui va accueillir les Lions indomptables le 13 novembre. On n’aurait pu préparer ce match dans un pays proche du Niger ou même à Garoua au Cameroun. Ce qui aurait permis une meilleure acclimatation. Mais en plus, on aurait forcement fait des économies. Certainement qu’ils vont saisir cette occasion pour envoyer quelques amis du consensus en mission en France, question de les contenter. L’amateurisme a décidément la peau dure du côté de la Fécafoot.