Libérés, les membres de Dynamique citoyenne sont poursuivis pour « rébellion »

Les prévenus, arrêtés il y a deux semaines lors d’une rencontre sur l’alternance politique au Cameroun, ont été libérés mercredi. Un procès ouvert

 

« Nous avons été libérés mercredi, mais nous sommes jugés pour ‘désobéissance aux ordres des autorités administratives et policières (…) et rébellion’ « , a affirmé Jean-Marc Bikoko, syndicaliste de renom.

Les prévenus avaient été arrêtés il y a deux semaines lors d’une rencontre sur l’alternance politique au Cameroun.

Jean-Marc Bikoko est porte-parole de Dynamique citoyenne, une coalition camerounaise d’une centaine d’associations, dont sont membres quatre autres des militants jugés.

Selon lui, les six prévenus ont plaidé chacun « non coupable » lors de la première audience qui a eu lieu mercredi.

Le procès doit reprendre le 28 octobre devant le tribunal de première instance de Yaoundé-centre administratif.

 

Directeur de l’hebdomadaire camerounais à parution irrégulière Génération Libre, François Fogno Fotso avait été arrêté avec les cinq militants, le 15 septembre à Yaoundé, alors qu’il couvrait la réunion du groupe sur l’alternance politique au Cameroun.

« Les derniers jours de notre détention au commissariat central numéro 1 de Yaoundé ont été difficiles », a dit Bikoko. « Nous dormions à même le sol et dans la cellule voisine, une jeune fille était enfermée en compagnie de son bébé de quatre mois ».