Lettre Ouverte À Issa Tchiroma:Publicite En Faveur Du Tabac,Où Est Passé Le Conseil National De La Publicité ?

L’Organisation Mondiale de la Santé préconise aux Etats d’avoir comme priorité absolue de mettre un terme à la manipulation éhontée à laquelle se livre l’industrie du tabac auprès des jeunes et des femmes, en particulier en vue de recruter la prochaine génération d’accros à la nicotine. La Ligue camerounaise des consommateurs tire la sonnette d’alarme et interpelle dans cette lettre ouverte le ministre ISSA TCHIROMA, président du conseil national de la publicité.

Monsieur le Ministre,

La Ligue camerounaise des consommateurs (LCC) vient respectueusement auprès de votre bienveillance dénoncer les campagnes promotionnelles et d’affichage publicitaire organisées par les entreprises distributrices des produis de tabac au Cameroun , une violation flagrante de la Loi n° 2007/018 du 29 décembre 2006 régissant la publicité au Cameroun notamment en son article 39 alinéa 1

Les géants du tabac ciblent les jeunes à grand renfort de publicité et de promotion

Monsieur le Ministre, l’industrie du tabac perd sans cesse des consommateurs car de nombreux fumeurs arrêtent de fumer ou meurent des suites de maladies liées au tabac. Par conséquent, les compagnies lancent des campagnes de publicité massives afin d’inciter les jeunes à fumer et à devenir des fumeurs à long terme

Dans cette stratégie de communication plus discrète et clandestine, les marques de tabac tentent de s’assurer une présence légère et diffuse dans divers moments de la vie du consommateur et plus spécifiquement dans les instants de divertissement et de détente. Etre présent dans les boîtes de nuit, Par exemple.

Ces stratégies employées par les compagnies comprennent: une publicité massive dans les points de vente situés à proximité des écoles et terrains de jeux par le biais d’affiches clairement visibles depuis l’extérieur. Ainsi sur les lieux de vente, tous les clients sont exposés aux messages et aux images en faveur du tabagisme, indépendamment de leur âge et de leur statut fumeur ou non fumeur.

LES CONSEQUENCES

Selon le ministère de la santé, le Cameroun enregistre environ 66 000 décès chaque année du fait du tabagisme contre 6 000 000 sur le plan mondial ; 15% de jeunes de moins de 15 ans sont fumeurs avec une prévalence plus élevée en milieu scolaire ; 44 % d’élèves ont expérimenté le tabac, dont 5% à l’âge de 7 ans. Et d’après les observations de l’Alliance pour le contrôle du tabac en Afrique (Acta), « les pauvres fument plus que les personnes à revenus

élevés et gaspillent ainsi le peu d’argent qui devrait en principe être affecté à la nourriture et l’éducation. De ce fait, le tabac hypothèque le développement du pays ». En effet soutient Dr Flore Ndembiyembe, présidente de la Coalition contre le tabac au Cameroun (C3T), de nombreuses études ont montré que dans les pays à faible revenu, les ménages les plus pauvres consacrent plus de 10% de leurs dépenses au tabac. . De ce fait, le tabac conduit à la malnutrition des populations, à la mort prématurée, à la hausse des dépenses sanitaires, à la déstabilisation des ménages.

Recommandations

L’une des missions de la LCC (Ligue Camerounaise des Consommateurs) qui est celle de la promotion et la protection des intérêts du consommateur, nous exhortons Monsieur le Président du CNP (Conseil National de la Publicité) à prendre en compte nos revendications suivantes :

Interdiction totale de publicité en faveur du tabac, de promotion et de parrainage du tabac. L’instauration des paquets de cigarette « neutre » : sans logo, de couleur unique l’interdiction de la vente à l’unité. Interdiction de la vente ambulante des produits de tabac. Interdiction de fumer dans les clips vidéo. L’interdiction de fumer dans les lieux publics fermés, notamment à l’intérieur des débits de boissons : les cafés, les bistrots, les bars, et discothèques. L’augmentation des taxes sur le tabac et les produits de tabac (Taxation à 75% comme produit toxique)

Il est urgent de traiter ces questions avec le souci de tous et particulièrement de la jeunesse camerounaise, fer de lance de la Nation.

Considérant l’importante menace présentée par la consommation du tabac sur la santé du fumeur et de celle de son entourage, et conformément à la Loi cadre N°012 du 6 Mai 2011 portant protection du consommateur au Cameroun, nous vous exhortons à prendre toutes les mesures contraignantes pour garantir le respect de la loi sur la publicité promulguée par le Chef de l’Etat, son Excellence Paul BIYA.

Veuillez croire, Monsieur le Président du CNP, à l’assurance de notre parfaite considération.

(é) Alphonse AYISSI ABENA,

Président Régional LCC-Littoral