camernews-canne-a-sucre

L’État s’engage à accompagner le projet du complexe sucrier de Batouri

L’État s’engage à accompagner le projet du complexe sucrier de Batouri

C’est ce qui ressort d’une récente correspondance du Ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement Technologique (MINMIDT) adressée au Directeur Général de Justin Sugar Mills SA (SJM).

L’on s’achemine peut-être vers la reprise du projet agro-industriel sucrier de Batouri, dans la Région de l’Est Cameroun. Du moins, si l’on s’en tient à ce qu’a écrit Ernest Gbwaboubou, le MINMIDT le 9 août dernier au sujet du «Projet de réalisation du complexe agro-industriel sucrier par JSM SA». En effet, selon Le Quotidien de l’Économie du mercredi 17 août 2016, le MINMIDT informe le Directeur Général de JSM, Dieudonné Mirabeau Dong Thry Dong, de ce que «le Gouvernement de la République du Cameroun confirme sa détermination à assurer un accompagnement administratif à la société Justin Sugar Mills dans la mise en œuvre du projet sucrier à Tikondi, interzone Bertoua-Batouri».

Dans la foulée, le MINMIDT interpelle toutes les parties prenantes sur l’intérêt de réaliser ce projet avec succès, souligne le journal. Un accent particulier est alors mis sur la participation des partenaires financiers. A ce sujet, dans sa lettre du 9 août 2016, Ernest Gbwaboubou écrit que «le Gouvernement encourage toute forme d’investissement de partenaires étrangers, de diverses institutions financières et de banques internationales locales», lit-on dans le journal.

Il y a moins d’un an, JSM obtenait des accords de prêt ou de financement d’un montant total de 68,045 milliards de FCFA du Fagace. Bien plus, l’entreprise avait obtenu d’Afro-Asian Insurance Services Limited, une société d’assurance basée à Londres en Grande-Bretagne, une promesse d’assurer son projet à hauteur d’un peu plus de 110 milliards de FCFA, rappelle le quotidien. C’est dans ce cadre que le MINMIDT invite les dirigeants à «entrer avec les structures compétentes en vue de l’accomplissement de toutes les formalités requises».

camernews-canne-a-sucre

camernews-canne-a-sucre