L’essor et l’avenir énergétique de la CEEAC bientôt en discussion à Bruxelles

Les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) se retrouveront à Bruxelles, le 14 juillet prochain, en vue de discuter de l’essor et de l’avenir du secteur énergétique de la sous-région.

Selon le ministre gabonais de l’Energie, Guy Bertrand Mapango, « c’est avec grand intérêt que le Gabon, qui assure la présidence en exercice de la CEEAC, prépare cette table ronde.(…) Nous avons invité tous les partenaires en vue de faciliter les partenariats et de financer les programmes énergétiques des Etats de la communauté économique des Etats d’Afrique centrale » car, « pour booster le développement du secteur de l’énergie dans la sous-région, il faudrait bien sur des financements importants. D’où la confirmation de la participation de plusieurs partenaires techniques et financiers à ce rendez-vous de Bruxelles.», a déclaré la chef de délégation de la CEEAC.

Pour la bonne gouverne, un «livre blanc» pour les investissements dans le secteur de l’énergie en Afrique centrale avait été élaboré par les ministres de l’énergie de la CEEAC et la CEMAC, en octobre 2014 à Yaoundé. Celui-ci prévoyait des investissements de l’ordre de 7400 milliards FCFA pour développer l’accès à l’énergie électrique en Afrique centrale (9,8 milliards $ sur la période 2014-2030 et de 5 milliards $ entre 2030 et 2040).

En matière de développement de nouvelles capacités, environ 68 milliards $ sont requis au cours de la période 2014-2030 dont plus de 91 % pour les centrales hydro-électriques et 54 milliards $ entre 2030 et 2040 soit un investissement cumulé entre 2014-2040, de 122 milliards $ dont environ 90% pour hydro-électricité. Soit au total 61 000 milliards FCFA destinée à la mise sur pied de ces nouvelles infrastructures hydroélectrique.