camernews-quartier-populaire

Les voisins au letch

Hi…la famille ! On dit quoi Mollah ? Aujourd’hui, c’est tranquille. C’est juste une affaire de voisins du voisinage ; bon, du voisinage des voisins. Orrr ! Mollah, laisse d’abord les affaires de «On a dit que Mamie a voyagé là» ; écoute plutôt ces témoignages :

«Mes voisins ? Je ne sais pas à quoi ils ressemblent, ni à quels noms ils répondent ». Tu wanda ? Pourtant c’est la vérité. Mon boulot m’occupe énormément. Même quand je suis à la maison, le sommeil veut ma mort. C’est vrai que c’est bizarre mais on va alors faire comment ? Ne work pas alors pour voir ! Quand les factures d’eau (qui ne coule d’ailleurs même pas), d’électricité (qui font les jeux de lumière) et des images sablées du câbleur (ça fait chiiiii) arriveront, qui va payer ? Ce n’est surement pas la panthère 2.0 que j’ai à la piaule là. Elle est seulement forte avec ces machins de « Mon bébé tu me gardes hein ! ». Tsuiiiiips ! En tout cas, one day one day, ça va finir. Je disais donc que cette situation à première vue désirée est indépendante de ma volonté. D’ailleurs ça me gêne beaucoup ».

« Moi par contre, je m’intéresse à tout ce que fait mon voisinage. Euuye ! Ça ne veut pas dire que je suis inspecteur Gadget hein ! Simplement que je trouve judicieux de savoir avec qui on vit. On ne sait jamais, y a peut-être un(e) pédophile aux alentours. Pour cette raison, je n’ai pas moi de problème avec quelqu’un. C’est vrai que j’ai un voisin qui tout le temps, pisse et chie devant ma porte quand il boit la brasserie. Mais bon, comme à chaque fois ma femme rectifie son visage, je suis tranquille ».

« Le mien alors, c’est le genre de voisin qui fait comme ci il ne chie pas. Tu le salues, il ne répond pas. Il toise toute la cité. Sa femme alors…c’est une paplée* ! Dernièrement, juste parce que ma femme a essayé de saluer la sienne, il est allé dire au chef du quartier que les gens veulent le tuer. Ayaaaaa ! Qui veut te tuer ? Donc c’est parce que tu portes la culotte et les bretelles ? »

« L’autre alors, c’est le genre de voisin qui débarque comme disait Jean Miché Kankan, à l’improvisé. Tu rentre du job tranquillement, tu t’installes histoire de tchop* le poulet basquaise des 1000FCFA que tu as laissé le matin ; et tout d’un coup, tu entends toc, toc, toc. Le salopard s’installe hein ! Il sort sa cuiller de sa poche et commence à tchop. Dès qu’il finit, il me dit « Voisin, faut dire à ta femme de ne plus mettre le sel comme ça hein ! Il y a les AVC dehors » Moooomo, c’est même qui ça nor ? Sors vite ! ».

« Ah ! Quittez là-bas ! Les miens sont supers. Un soir pendant que j’étais au poteau et que ma femme dansait sur Skype,l’incendie a pris feu chez moi. Ça a failli tout brûler. Heureusement que mes voisins ont appelé les sapeurs. Type ! Depuis ce jour, nos liens se sont renforcés. On se salue à toute heure. C’est collé chewing-gum ! On échange tout. Surtout ce qui est biodégradable. Dernièrement même, la diarrhée m’a attrapé dans le taxi, c’est chez ma voisine que j’ai déposé ça, comme mes toilettes sont même pleines depuis là. Quelle chance j’ai ! » Qui dit mieux ?

Mollah, de toutes façons hein ! Moi je pense que les voisins, autant ils sont « vivables », autant ils sont « invivables ». Tellement les choses vont vite que les gens se méfient de tout. C’est à devenir parano. Au fond, chacun veut connaitre l’autre. C’est juste que les gens sont méfiants (tout le monde est bandit pour l’autre), susceptibles (tu dis bonjour à quelqu’un, il trouve ça suspect et va directement chez son marabout), modernes (chacun s’enferme dans sa tour d’ivoire en dormant sur les réseaux sociaux matin-midi-soir) et un brin individualistes (la vie, c’est une place. Chacun gère ses problèmes). Pour terminer, je dirai qu’il faut être prudent, prudent de tout mais finalement de rien. Peut-on vivre en se regardant tous comme des anciens bandits ? Type, apprenons à nous connaitre. La vie c’est un tour. Les coups bas en font partie, donc laissez-moi vos ways de solitude là. « Je me méfie … je me méfie … », tu te méfies plus que qui ? A bon entendeur….

Hi…la famille !

 

Lexique :

Paplé : fou, qui a perdu la tête

Tchop : manger