les veuves célébrées

Le Cameroun se joint au reste de la communauté internationale pour célébrer la journée internationale consacrée à cette catégorie de la couche sociale ce mardi 23 juin 2015.

Photo for: Cameroun: les  veuves  célébrées

La 5e édition de la journée des veuves s’interroge sur les stratégies de prise en charge des problèmes des veuves.  Selon le secrétaire général de l’ONU Ban ki-moon, il faut combattre les risques d’exploitation et d’agressions sexuelles, lever les obstacles qui empêchent les veuves d’accéder aux ressources et aux débouchés économiques entravant leur avenir.   Certaines ONG  auraient saisi l’occasion de cette célébration pour soulever les problèmes qu’elles rencontrent.

L’on dénombre environ 500.000 veuves au Cameroun dont 90% ignorent leurs droits. Parmi ces veuves, plusieurs auraient subi des pratiques immorales lors des rites de veuvages. « J’ai subi  les rites de torture, on m’a entrainé à la rivière sans vêtement. On m’a rasé la tête, on m’a demandé de m’enrouler par terre et on m’a bandé les yeux. En plus de cela, on m’a demandé de payer ces rites », confie une veuve, visiblement meurtrie.

Apres la mort des conjoints des veuves, leurs droits fondamentaux sont bafoués et elles se retrouvent dans la misère. Plusieurs d’entre-elles trouvent un refuge dans les associations comme Mukusa (la veuve). Au sein de ces associations, elles sont éduquées et  apprennent des petits métiers à l’instar de la fabrication de l’eau de javel, de la teinture, du yaourt et la pâtisserie pour survivre. Elles effectuent aussi de petites activités comme l’investissement humain dans les églises.

En rappel, la journée internationale de la veuve est une émanation d’une résolution de l’ONU de décembre 2010 qui consacre la date du 23 juin de chaque année à la veuve. Il s’agit de l’aboutissement d’une vaste campagne de sensibilisation menée par la Fondation Loomba depuis 2005, soutenue par la première dame du Gabon, Mme Sylvia Bongo Ondimba.