Les premières voitures « Made in Cameroon » attendues en 2016

La convention signée entre l’Etat du Cameroun et la compagnie Indochinoise Cameroon Automobile Industry Company S.A, le 11 juin 2015 indique que deux usines de montage doivent être implantées à Douala et Kribi.

Le 11 juin 2015, la Cameroon Automobile Industry Company S.A (CAIC) s’est engagée à mettre sur le marché, les premiers véhicules « dans environ un an et six mois». Un calcul mental rapide amène à croire que ce sera pour 2016. CAIC, formée par la société indienne Azad Coach et les chinoises Gac Gonow et, Yutong, leader de la construction automobile en Chine et 3e dans le monde, a annoncé que l’implantation de deux unités de montage de camions et véhicules légers se fera dans les villes de Douala, la capitale économique, et Kribi. Ce projet d’assemblage et de montage de véhicules au Cameroun nécessite une mobilisation d’un montant de plus de 92 milliards de FCFA.
Interrogée par « Le Quotidien de l’économie » ce 11 juin 2015, Marthe Angèle Minja, le directeur général de l’Agence de promotion des investissements (API), avait donné alors donné des assurances sur l’effectivité de

la mise en place de ce projet. « Débloquer 92 milliards de FCFA, ce n’est pas chose facile, donc je crois que, comme vous l’avez vu, on a passé beaucoup de temps à discuter, ça augure du sérieux même des investisseurs qu’on a en face de nous. Nous avons en face de nous, des personnes qui sont déterminées à voir aboutir ce projet. www.237online.com La très haute autorité a demandé qu’on mette sur pieds un comité, pour suivre la mise en place de ce projet, ça veut dire que vos préoccupations sont également les préoccupations des dirigeants de ce pays, par rapport à ce projet, que nous allons accompagner », avait-elle rassuré.
Le DG de l’API avait aussi indiqué que les véhicules montés seraient au niveau de la bourse du Camerounais moyen. Pour encourager la CAIC dans ce sens, un certain nombre d’incitations leur sont actuellement accordées. « Déjà au niveau de la Magzi à Douala, ils ont dû débourser quelque chose, mais au niveau de Kribi, le gouvernement leur a offert gracieusement, 09 hectares de terrain, à côté du port de Kribi ». Selon le ministère en charge de l’Industrie (Mindmit), il devra créer à terme 4 620 emplois directs, pendant ses 15 premières années. Par ailleurs, sa mise en place va s’accompagner d’un transfert de technologie, de mesures pour protéger l’environnement, du respect des normes et de la qualité des véhicules produits, de la « camerounisation » des postes de travail, de la formation technique et professionnelle et des actions socio-économiques au profit des populations riveraines.
Ce n’est pas la première fois qu’une usine de montage de véhicules est annoncée au Cameroun. En 2012, l’entreprise chinoise de droit camerounais, la Cameroon First Automobile Manufacture Co. Ltd, avait déjà promis de mettre en place une usine du même type que celle de la Caic.
Les premiers véhicules devaient être visibles en 2015. Mais à ce jour, l’on entend plus parler de ce projet.
Plus loin en 2006, la firme américaine Transnational Automotive Group (Taug), qui a revendu ses actifs dans «Le Bus» à un investisseur zimbabwéen, avait juré qu’elle construirait une unité de montage de véhicules à Limbé. Une dizaine d’années plus tard, même pas l’ombre d’une carcasse d’un véhicule « Made in Cameroon ».