Les populations cotisent 1,2 milliard FCfa comme effort de guerre contre Boko Haram

Les populations cotisent 1,2 milliard FCfa comme effort de guerre contre Boko Haram

Le compte spécial ouvert au Trésor public sur instruction du chef de l’Etat camerounais, afin de canaliser les dons des populations camerounaises visant à soutenir les militaires engagés au front dans la lutte contre la secte islamiste nigériane Boko Haram, affichait un montant de 1,2 milliard de francs Cfa au 30 avril 2015, a-t-on appris ce même jour au sortir de la première session du Comité interministériel ad hoc chargé de la gestion de ces fonds.

A ce montant, il faut ajouter la somme de 118 millions de francs Cfa mobilisée le 2 mai 2015, à raison de 55 millions de francs Cfa pour les populations du département du Haut-Nyong, dans la région de l’Est du pays, et 63 millions de francs Cfa mis dans la cagnotte par les ressortissants du département du Koung-Khi, dans la région de l’Ouest du Cameroun.

Pour rappel, depuis quelques mois, en guise de solidarité aux soldats camerounais engagés dans la lutte contre Boko Haram dans la région de l’Extrême-Nord, les villes et villages du Cameroun abritent quasi-hebdomadairement des marches de soutien généralement assorties de collectes de fonds et de dons en nature (produits alimentaires), destinés à encourager les militaires camerounais et les populations déplacées du fait de la menace Boko Haram.

Face à ces nombreuses initiatives, le chef de l’Etat camerounais a dû ordonner l’ouverture d’un compte spécial dans les livres du Trésor public, afin de garantir la traçabilité desdits fonds, et a mis en place un comité interministériel de gestion présidé par le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, René Emmanuel Sadi.

Au sortir de la première session de ce comité le 30 avril 2015, le Ministre Sadi a annoncé la création des comités régionaux présidés par les gouverneurs de régions. «Des membres de la société civile et quelques personnalités politiques pourront intégrer ces comités régionaux pour respecter le principe de transparence, afin que les Camerounais sachent que cet argent qui est le fruit de leurs efforts ira effectivement aux bénéficiaires», a-t-il déclaré.

 

camernews-boko

camernews-boko