camernews-lions-indomptables-2-472x313

Les Lions disent NON

Les Lions disent NON

Une  fois  de  plus,  nous  constatons  qu’impossible  n’est  pas  camerounais.  Voilà  comment  toute
 
une  nation  se  fait  ridiculiser  pour  quelle  raison :  primes  des joueurs.  Ces  derniers  qui  ont en effet 
 
refusé  d’embarquer  dans  l’avion  qui  avait  été  affrété  pour  eux.  Les  Lions  indomptables  ont  eu  le 
 
courage  d’afficher  clairement  leurs  doléances  au  grand  jour.  Doléances  qui  jusqu’ici  se  faisaient 
 
par  personnes  interposées.  En  commençant  par  le  capitaine  Samuel  Eto’o  Fils  qui  disait  il  y  a  une 
 
semaine qu’il n’y a pas de problèmes de primes au sein de la tanière. Aujourd’hui nous en avons la 
 
preuve. Samedi contre la Moldavie, ils avaient affiché clairement leur mécontentement en refusant 
 
de prendre le flambeau, ce qui avait forcé le Premier ministre Yang Philemon à le remettre à Volker 
 
Finke. N’est-ce pas déjà des signes avant-coureurs d’une crise. Et, comme notre pays est spécialiste 
 
du faux semblant, les dirigeants ont faire fi de ne pas comprendre ce qui se passait et ont poussé le 
 
ridicule jusqu’à affréter un avion. Belle démonstration de démocratie. Voilà comment notre pays est 
 
dirigé  par  des gens  qui  décident  de  tout  pour  tout le monde. Seulement, la  bande à Samuel Eto’o 
 
n’est  pas  comme  le  reste  des  Camerounais  qui  sont  obligés  de  subir  même  lorsqu’ils  ne  sont  pas 
 
d’accord. C’est aussi cela le pouvoir de l’argent.
 
Certains  Camerounais  se  sont  lâchés  en  traitant  ces  Lions  de  voyous,  chats,  etc.  Iker  Casillas, 
 
capitaine de l’Espagne a bien négocié la prime de ses collègues pourquoi pas Eto’o. Ce qui s’est passé 
 
hier doit être clairement compris par les Camerounais. Pour une première fois, des Camerounais ont 
 
dit NON, non au cafouillage, au désordre, à l’opacité et autres. Et le gouvernement a plié l’échine. 
 
Voilà ce que nous devons retenir. Qu’il est possible de dire non dans ce pays et de se faire entendre ! 
 
Nous  sommes le  seul pays ou les  fautes du passé ne  servent pas de leçons pour le  futur. En 2002, 
 
c’était les mêmes  causes  qui avaient  poussé les  Lions à arrêter l’entrainement  pendant  plus  d’une 
 
semaine, et nous avons tous vu les résultats. Comment croire que nous pouvons imposer des primes 
 
à des adultes au lieu de dialoguer, trouver un compromis ? 
 
Il  est  effarant  de  savoir  que  certains  trouvent  ces  joueurs,  dans  leurs  droits,  subitement  anti 
 
patriotes. Ce problème de primes a été posé avant le match contre la Macédoine, mais la Fecafoot 
 
et consort ont dit ha, on va comme d’habitude, ils veulent nous montrer quoi. Ceci suppose que ces 
 
responsables  étaient  prêts  à  voyager  pour  aller  une  fois  de  plus,  exposer  notre  amateurisme  aux 
 
yeux du monde. À quand la fin de la récréation ? Si vous voyez les Lions réagir de la sorte c’est qu’il y 
 
a une raison. La majorité de ces gars ont atteint leur seuil de patience, et qui peut le leur reprocher ? 
 
Leurs familles ont dû trimer pour certains d’entre eux, ils sont partis de rien pour arriver là où ils sont 
 
aujourd’hui et vous voulez qu’ils soient « compréhensibles ». Pourquoi ? Est-ce le gouvernement qui 
 
a dû payer les dettes contractées par leurs familles, est-ce le gouvernement qui a trimé dans le froid 
 
comme Eto’o le disait dans un de ces interviews ? Alors, pourquoi ne demandez-vous pas au ministre 
 
de renoncer à sa maison de fonction, à son garde du corps, à son bureau climatisé, au budget qui lui 
 
est alloué pour son aménagement lorsqu’il est nommé, à  tout son  train de vie que le contribuable 
 
camerounais paie et pourtant ce dernier ne voit pas  toujours le bout du  tunnel. Ne demandez pas 
 
aux  autres  de  faire  ce  que  vous-même  vous  ne  pouvez  pas  faire.  La  réaction  des  Lions  traduit  le 
 
climat  dans  lequel  nous  vivons  au  Cameroun.  Nous  avons  tous  vu  les  grèves  des  enseignants  du 
 
secondaire et du supérieur toujours sur les problèmes de primes. Alors, ne soyez pas surpris.
 
De  toute  façon,  une  prime  que  la  Fecafoot  va  payer  qu’elle  le  veuille  ou  pas,  ce  sera  la  sanction 
 
imposée par la FIFA. Selon la réglementation de la FIFA, chaque équipe qualifiée doit arriver au moins 
 
5 jours avant son premier match. Le 8 juin à minuit est la date butoir pour le Cameroun qui joue le 
 
13. En décollant à 22 h, heure du Cameroun, est-il possible d’arriver à temps ? Le ridicule dans tout 
 
ceci est que l’avion affrété n’est même pas aux couleurs des Lions indomptables probablement parce 
 
qu’une telle opération aurait engagé d’autres frais. Voilà le sérieux avec lequel ces gars sont traités. 
 
Et vous êtes surpris lorsqu’ils expriment leur ras-le-bol.
 
Et si tous nous disions NON…….
camernews-lions-indomptables-2-472x313

camernews-lions-indomptables-2-472×313