camernews-Le-Debat

Les joueurs Camerounais et Ghanéens doivent-t-ils restituer leurs primes de participation à la coupe du monde ?

Les joueurs Camerounais et Ghanéens doivent-t-ils restituer leurs primes de participation à la coupe du monde ?

La sempiternelle question de l’octroi des primes a toujours été au cœur de la controverse au sein des équipes nationales africaines engagées dans les compétitions internationales telles que la Coupe du monde. L’édition 2014 de cette fête du football ne déroge pas à la règle.Ces primes, bien qu’importantes pour la motivation des joueurs, ne remplaceront par les prouesses techniques sur le terrain. Dans le cas contraire, le Cameroun n’aurait pas été précocement éliminée.

L’amour de l’argent ne doit pas remplacer l’amour du maillot.

Les multirécidivistes sont les Camerounais. 

Cette année, avant d’aller au Brésil, les lions indompatables du Cameroun ont observé une grève. Ils voulaient percevoir en toute transparence, leurs primes avant de quitter Yaoundé. Ils sont même arrivés en retard au Brésil.

Malgré une piètre prestation à chaque fois, les joueurs Camerounais ont toujours été les premiers à poser la question de prime avant chaque début du Mondial. Certaines critiques affirment haut et fort que lorsque les joueurs de football réclament leurs primes, ils doivent être en mesure de relever le défi et défendre valablement  les couleurs nationales de leur pays. Mais au Cameroun,ils réclament de l ‘argent, obtiennent gain de cause pour ensuite se faire humilier.
Cette année, alors qu’ils doivent tout faire pour aller qu second tour du mondial brésilien, les joueurs Ghanéens ont boycotté la dernière séance d’entraînement qui les préparait pour leur dernier match, capital, contre le Portugal. Ils avaient la possibilité de se qualifier. Mais ils se sont eux-mêmes déstabilisés : question de primes. Il a fallu que de l’argent liquide soit transporté par avion spécialement affrété pour que les joueurs reviennent à leur meilleurs sentiments. Résultat : un minable point pris sur 3 matches, synonyme d’élimination.

Pourtant, ces joueurs de foot gagnent déjà suffisamment d’argent avec leur club. Ils n’ignorent pas que c’est tout un continent qui est derrière eux. Le pauvre paysan, dans son village, soutient sans rien attendre en retour, l’équipe qui représente son pays.

Les joueurs devraient mettre en avant le patriotisme, démontrer ce dont ils sont capables avant de réclamer autant d’argent.En dehors de la Côte-d’Ivoire, le Cameroun, le Ghana, le Nigeria et l’Algérie avaient complètement raté leurs débuts. La faute à « Pas de prime »? Pas vraiment. Toutes ces équipes comptent des joueurs expérimentés qui évoluent dans les plus grands clubs européens avec des salaires qui feraient passer les primes octroyées pour des miettes. Ils viennent jouer avant tout pour l’amour du pays. Les larmes du joueur ivoirien Serey Dié, submergé par l’émotion et en pleurs lors de l’exécution de « l’Abidjanaise », l’hymne national de son pays, est le symbole de cette fierté patriotique qui anime de nombreux joueurs.

Et comme si cela ne suffisait pas, l’équipe du Nigeria ne s’est pas entraînée le 26 juin dernier à Campinas. Selon la presse nigériane, elle réclamait une prime conforme à sa qualification pour les huitièmes de finale du Mondial 2014 de footbal

Au vu de ce qu’on a vu cette année sur le terrain au Brésil, les joueurs Camerounais et Ghanéens doivent-t-ils restituer les primes avancées par leur fédération respective pour la participation au mondial de football? Telle est la question de la semaine

La rubrique le débat est la vôtre. Vous pouvez vous aussi comme Loic Ngatcha de Ottawa au Canada, l’auteur du sujet du débat de cette semaine, nous soumettre des thèmes et des sujets à débattre aux courriels suivants:seumo@hotmail.com  ou mieux encore à webmaster@camer.be. Pour ceux d’entre vous qui nous ont soumis des sujets à débattre et qui ne sont pas encore publiés, prière de bien vouloir patienter. Ils seront diffusés. Nous vous remercions d’avance et vous remercions pour votre marque de sympathie

La rédaction de camer.be se charge de transmettre des suggestions constructives aux autorités compétentes. Bon  débat. Nous vous souhaitons un bon  dimanche et un bon débat.

 

 

camernews-Le-Debat

camernews-Le-Debat